Italie-Enel près de présenter une offre sur Metroweb-sources

le
0
 (actualisé avec précisions, éléments de contexte, autres 
sources) 
    par Silvia Aloisi et Stephen Jewkes 
    MILAN, 5 mai (Reuters) - La compagnie d'électricité 
italienne Enel  ENEI.MI  s'apprête à présenter une offre pour 
une participation de contrôle dans le spécialiste de la fibre 
optique Metroweb afin de lancer son projet de réseau internet de 
haut débit, a-t-on appris jeudi auprès de deux sources proches 
du dossier. 
    Le déploiement d'un réseau de haut débit à l'échelle du pays 
est une pièce maîtresse du programme de réformes du président du 
Conseil Matteo Renzi, qui a enrôlé Enel, compagnie nationale, 
pour atteindre cet objectif. 
    L'acquisition de Metroweb, contrôlé par l'établissement  
financier public Cassa Depositi e Prestiti (CDP) et le fonds 
d'infrastructures F2i, renforcerait Enel face à l'opérateur 
télécoms Telecom Italia  TLIT.MI  qui a lui-même des projets 
pour développer le haut débit en Italie. 
    Enel, plus important groupe de services aux collectivités en 
Italie, a créé une société dédiée au projet, Enel Open Fiber 
(EOF), et prévoit d'investir 2,5 milliards d'euros pour amener 
le haut débit dans les foyers italiens par le biais de son 
réseau électrique. 
    "Enel veut racheter la participation de 54% de F2i puis 
fusionner EOF avec Metroweb et effectuer une augmentation de 
capital pour financer ses investissements dans le haut débit", a 
dit une source.  
    Enel évalue Metroweb à environ 760 millions d'euros mais 
cette valorisation pourrait encore évoluer, y compris à la 
baisse, a-t-elle ajouté. 
    "L'offre devrait être prête dans les prochains jours", a 
affirmé une autre source. 
    F2i s'est refusé à tout commentaire. 
    Telecom Italia mène des négociations parallèles avec F2i et 
CDP pour mettre la main sur Metroweb, ont dit des sources la 
semaine dernière en confirmant des informations de presse. 
  
    Selon une source, Telecom Italia ne valorise Metroweb que 
650 millions d'euros mais a mis dans la balance une 
participation dans sa filiale Sparkle, son prestataire de 
services à l'international qui intéresse les autorités.  
    Sparkle, propriétaire et opérateur de câbles de fibre 
optique qui s'étendent sur 570.000 km, passe pour être un actif 
stratégique car son réseau sous-marin dissémine des informations 
entre pays européens, méditerranéens et américains. 
    Entrer au capital de cette société permettrait à Rome de ne 
pas la laisser tomber entre des mains étrangères surtout au vu 
de l'influence grandissante de Vivendi  VIV.PA , le groupe de 
médias français étant devenu en moins d'un an le principal 
actionnaire de Telecom Italia avec une participation de 24,9%. 
    "C'est comme un jeu d'échecs", a dit une des sources. 
    Deux autres sources au fait de la situation ont dit que les 
discussions se poursuivaient et qu'Enel n'avait pas encore 
présenté d'offre ferme pour Metroweb. 
 
 (avec la contribution d'Agnieszka Flak, Véronique Tison pour le 
service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant