Italie - Costa Concordia - Schettino : c'est pas moi, c'est l'autre

le
0
Francesco Schettino quitte le tribunal de Grosseto le 23 septembre.
Francesco Schettino quitte le tribunal de Grosseto le 23 septembre.

Francesco Schettino se défausse. Prenant pour la première fois la parole au cours du procès dans lequel il est accusé de l'homicide involontaire de 32 passagers, l'ex-commandant du Costa Concordia a accusé le timonier indonésien Jacob Rusli Bin d'être à l'origine du naufrage. "J'ai ordonné au timonier de mettre la barre à gauche, mais il a fait le contraire. En mettant la barre à gauche, la vitesse du navire se serait abaissée. Le choc contre les rochers aurait pu être évité. Dans la pire des hypothèses, l'impact aurait été à la proue du navire et aurait été beaucoup moins violent."

Les propos de Schettino sont partiellement confirmés par l'analyse de la boîte noire du Costa Concordia : le timonier a attendu treize secondes avant d'exécuter l'ordre du capitaine. Reste qu'il est aujourd'hui difficile d'évaluer le poids de ce retard. "Il est impossible de dire où se serait situé le point d'impact et la brèche qu'il aurait provoqué si l'ordre de virer à gauche avait été immédiatement exécuté, a affirmé devant la cour l'amiral Giuseppe Cavo Dragone. Mais, compte tenu de la taille du Costa Concordia et des conditions météo, il est certain que le navire aurait percuté les rochers."Nul doute que les avocats que Schettino vont exploiter ce retard de treize secondes et que le procès va se transformer en une bataille d'experts."Même le Titanic a coulé droit !"

Mais Schettino attaque également la compagnie Costa...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant