Italie : Berlusconi sans fard

le
0
Silvio Berlusconi dans le Sunday Times.
Silvio Berlusconi dans le Sunday Times.

Silvio Berlusconi jette le masque. En s'abandonnant pour le Sunday Times à l'objectif du photographe Paul Stuart, portraitiste austère et rigoureux, le Cavaliere révèle son vrai visage, celui d'un homme de 77 ans. Dans un clair-obscur évoquant une toile du Caravaggio, les traits sont parcourus de mille rides, la peau granuleuse, l'oeil gauche légèrement plus fermé que le droit. Un visage crépusculaire qui porte les cicatrices des batailles, le poids des secrets impossibles à confesser, les peines.Vingt ans, jour pour jour, après son entrée dans l'arène politique, Berlusconi a donc mis fin à sa course contre le temps qui passe. En deux décennies, nous avions vu un beau matin ses cheveux repousser comme par miracle, la peau de son visage se tendre tous les six mois, sa silhouette varier au gré des régimes. Il avait troqué le costume croisé porté très jeune afin de se donner un air de notable pour des tee-shirts de rock star. Quand les bistouris n'ont plus agi, il avait revêtu un épais masque de fond de teint orange qui le faisait ressembler à une statue burlesque du musée Grévin.Ce n'est pourtant pas le sens du ridicule ni la vacuité de cette bataille à la Dorian Gray qui ont convaincu Berlusconi de jeter l'éponge. Le grand communicant a préparé son coup avec ses plus proches collaborateurs et les louanges de la presse berlusconienne, qui a repris en une les images du Sunday Times, démontrent à quel point le nouveau look de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant