Italie : à Pompéi, une partie du Temple de Vénus s'effondre

le
0
Italie : à Pompéi, une partie du Temple de Vénus s'effondre
Italie : à Pompéi, une partie du Temple de Vénus s'effondre

Les intempéries qui frappent le sud de l'Italie mettent à jour à jour les problèmes de préservation et de restauration de l'un des sites archéologiques les plus remarquables au monde, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1997. A Pompéi, au pied du Vésuve, elles ont provoqué l'effondrement de pans de murs du Temple de Vénus, d'une tombe et d'une boutique faisant partie des ruines de cette cité de la Rome antique.

Dimanche, l'arche du Temple de Vénus et un mur d'enceinte de la nécropole - la plus grande de la cité antique - se sont aussi écroulés.

Le nouveau ministre italien de la Culture, Dario Franceschini, a convoqué cette semaine une réunion afin d'établir la liste des dommages survenus ces derniers temps sur le site. L'occasion aussi d'examiner l'état d'avancement du projet de restauration «Grand Pompéi» financé en grande partie par l'Union européenne qui a accordé une aide de 105 millions d'euros.

«La nouvelle de ces écroulements arrive à un moment de vacuité sans précédent à la tête du site de Pompéi», la récente nomination d'un surintendant n'ayant pas encore été validée par la cour des Comptes, s'est inquiété dans un communiqué Antonio Irlando. Ce responsable de l'Observatoire du Patrimoine culturel, une organisation non gouvernementale, qualifie l'état du site de «dramatique».

Selon lui, «pour chaque mur écroulé dont on apprend la découverte, neuf autres ne font pas l'objet de communications». En effet, depuis trois ans, Pompéi a été le théâtre de nombreux incidents comme la chute d'un pilier d'une pergola extérieure de la maison de Loreius Tiburtinus en décembre 2011, précédée par de spectaculaires effondrements de pans de murs dans la Maison des Gladiateurs et celle du Moraliste. En septembre 2012, c'est une poutre de soutien du toit en tuiles qui avait cédé dans la fameuse Villa des Mystères.

Détruite en même temps qu'Herculanum, Oplontis et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant