Italie : 4 personnes suspectées de préparer un attentat contre le Vatican arrêtées

le , mis à jour à 19:20
0
Italie : 4 personnes suspectées de préparer un attentat contre le Vatican arrêtées
Italie : 4 personnes suspectées de préparer un attentat contre le Vatican arrêtées

Un couple et deux autres personnes soupçonnés de projeter des attentats terroristes sur le sol italien et de partir combattre en Syrie, ont été arrêtés jeudi matin, a annoncé le parquet de Milan (nord). Les suspects visaient en particulier un attentat à Rome, qu'ils qualifient de «lieu de référence pour tous les chrétiens», a expliqué lors d'une conférence de presse le procureur de Milan, Maurizio Romanelli.

Dans des enregistrements de conversations entre les différents protagonistes, les enquêteurs ont identifié des menaces contre l'ambassade d'Israël à Rome et le Vatican.

Le journal «La Repubblica»  précise que les arrestations ont eu lieu dans le triangle de Lecco, Varese et Milan. D'origine marocaine, il se connaissaient  tous et tous sont soupçonnés de «participation à une entreprise ayant pour finalité le terrorisme international».

Le couple, résidant à Lecco, sur le lac de Côme (nord), comptait rejoindre la Syrie avec ses deux enfants de 2 et 4 ans, pour y combattre aux côtés de l'organisation Etat islamique (EI). Selon la Repubblica, il s'agit de Moutaharrik Abderrahim, un kickboxer de 24 ans d'un très bon niveau et de sa femme Salma Bencharki, 26 ans. Un ressortissant marocain de 33 ans, Abderrahmane Khachia, frère de Oussama Khachia, expulsé d'Italie en janvier 2015 sur des soupçons de terrorisme, se serait joint à eux. Arrêtée également, Wafa Koraichi, 24 ans (originaire de Baveno) et soeur de Mohamed Koraichi, 32 ans, parti en Syrie l'an dernier avec sa femme Alice Brignoli, 39 ans. 

Un couple déjà parti en Syrie à l'origine de l'affaire

Selon les premiers éléments de l'enquête, c'est Mohamed Koraichi qui serait à l'origine de ce projet terroriste. Depuis la Syrie, il a parlé «d'agir d'une façon, n'importe laquelle, dans un lieu, n'importe lequel», dans le but de «toucher l'Etat italien». Fils d'une famille musulmane qui ne fréquentait pas les mosquées, Mohamed Koraichi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant