Istanbul : les joueurs de Lyon s'en souviendront

le , mis à jour à 15:16
0
Istanbul : les joueurs de Lyon s'en souviendront
Istanbul : les joueurs de Lyon s'en souviendront

À L'évidence, les joueurs de l'Olympique lyonnais ne sont pas près d'oublier les vingt-quatre heures passées à Istanbul. Arrivés en Turquie, vendredi vers 15 h 30, pour y disputer hier soir leur troisième match amical de préparation face à Fenerbahçe, les hommes du président Jean-Michel Aulas ont vécu une fin de soirée mouvementée. Et surtout stressante.

 

Après un entraînement en fin de journée, vendredi, ils regagnent leur hôtel, Marriott, à 20 km du centre névralgique d'Istanbul, où la situation va clairement se tendre quelques heures plus tard. C'est à la fin du repas, en regardant les actualités françaises, l'esprit encore à Nice, que les Rhodaniens apprennent sur les fils d'actualité qu'une tentative de coup d'Etat militaire est en cours dans le pays. La délégation lyonnaise se regroupe rapidement devant les téléviseurs.

 

« Il n'y a jamais eu de psychose, explique-t-on du côté de l'OL, dont l'équipe était placée sous bonne escorte. On n'a pas vécu les choses comme nos familles, très inquiètes en France. On ne se sentait pas aux premières loges. »

 

L'hôtel est situé, en effet, dans un quartier d'affaires, loin du centre. Aucune agitation dans les environs, aucun bruit d'hélicoptère ni de véhicule de secours. « On n'a jamais été envahis par un sentiment d'insécurité, souffle un joueur. Mais les mots coup d'Etat et putsch font peur. On se demande ce qui peut se passer. On se dit qu'on ne maîtrise rien. Et l'attentat de Nice était encore dans toutes nos têtes. »

 

Sur OLTV, la chaîne officielle du club de football, le capitaine Maxime Gonalons expliquera plus tard que, à ce moment-là, ils avaient « tous envie de rentrer en France au plus vite ». Seulement, à l'heure où les premiers joueurs tentent de trouver le sommeil, le match amical n'est pas encore annulé et aucun avion ne peut décoller de la mégalopole stambouliote.

 

Tout rentre dans l'ordre, hier au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant