Israël veut que la force multinationale reste dans le Sinaï

le
0

TEL AVIV, 18 novembre (Reuters) - Israël est opposé à une réduction ou à une restructuration de la FMO, la force multinationale chargée de contrôler dans la péninsule du Sinaï le respect du traité de paix israélo-égyptien de 1979. Pour l'Etat hébreu, une telle décision reviendrait à "récompenser le terrorisme". La FMO (Force Multinationale et Observateurs) comprend près de 1.900 militaires venus de douze pays, notamment des Etats-Unis. La dégradation de la situation dans le Sinaï en raison de l'insurrection djihadiste a incité certains Etats membres à demander une réévaluation de la présence de la force dans certaines zones de la péninsule. Des discussions de deux jours se sont ouvertes mercredi à Rome, en présence de représentants américains, israéliens et égyptiens, au cours desquelles un officier israélien a cherché à minimiser les risques de l'insurrection islamiste pour les hommes de la FMO. "Les djihadistes ne s'intéressent pas aux membres de la FMO", a-t-il dit. "S'ils le voulaient, ils pourraient en tuer tous les jours." Au mois de septembre, six hommes de la force multinationale ont été blessés par l'explosion d'une bombe au passage de leur véhicule. Pour la FMO, cette bombe visait en fait l'armée égyptienne. Selon l'officier israélien, qui a requis l'anonymat, l'abandon de certaines positions serait néanmoins une victoire pour les islamistes. "Ils pourraient alors dire que les croisés ont peur et cela pourrait être un encouragement au djihad." Le représentant de Tsahal a précisé que la FMO avait abandonné deux postes d'observation après l'attaque de septembre et n'y était toujours pas retournée. Un diplomate égyptien a déclaré que son pays, tout comme Israël, jugeait "essentielle" la présence de la FMO dans le Sinaï, sans réduction d'effectifs. (Dan Williams. Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant