Israël : un président hostile à un Etat palestinien succède à Peres

le
1
Israël : un président hostile à un Etat palestinien succède à Peres
Israël : un président hostile à un Etat palestinien succède à Peres

Israël change de tête. Le candidat de la droite Reuven Rivlin, 74 ans, a été élu mardi chef de l'Etat d'Israël par le Parlement, pour succéder au président sortant Shimon Peres, a-t-on appris de source officielle. A l'issue d'un scrutin à deux tours, Reuven Rivlin, soutenu par le parti Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a obtenu 63 voix contre 53 à son rival centriste Méïr Sheetrit, selon le président du Parlement Youli Edelstein. Les trois autres prétendants, deux femmes et un ancien prix Nobel de chimie, avaient été éliminés au premier tour.

Reuven Rivlin est ainsi le dixième président d'Israël, au terme d'une campagne marquée par la défection de plusieurs candidats. En Israël, la fonction présidentielle est essentiellement protocolaire. Les pouvoirs exécutifs restent aux mains du Premier ministre. Le chef de l'Etat a toutefois pour tâche de nommer après les élections législatives la personnalité chargée de former une coalition et appelée à devenir chef du gouvernement.

Sitôt élu, Reuven Rivlin a pris un bain de foule dans les couloirs de la Knesset, serrant les mains de ses partisans, aussi bien des députés de droite que de gauche. «Je pense qu'ils (les députés) ont écouté le sentiment du peuple», a déclaré le nouveau président à la télévision, en référence aux sondages et analyses qui le donnaient vainqueur depuis des semaines. le successeur de Shimon Peres est une grande figure de la droite israélienne, partisan déclaré du «Grand Israël» mais aussi ardent défenseur de l'Etat de droit.

 Reuven Rivlin, un faucon très à droite

«Rivlin ne sera pas le président de l'Etat d'Israël, mais le président du +Grand Israël+. Il se servira de la fonction présidentielle pour faire avancer la colonisation en Cisjordanie, qu'il adule», déplorait récemment un éditorialiste du quotidien de gauche Haaretz. Mais le nouveau président est aussi un ardent défenseur de la démocratie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 11 juin 2014 à 15:57

    En mai dernier, Shimon Peres a également révélé, à la télévision israélienne Channel 2, avoir négocié secrètement avec Mahmoud Abbas en 2011, mais le Premier ministre Benyamin Netanyahou l'aurait empêché de conclure un accord?...Le vau-tour de Benyamine et sa clique, ne veulent pas la paix...mais la GUERRE, pour s'en mettre plein les poches!!!...