Israël-Un migrant soudanais abattu après avoir attaqué un soldat

le
0
 (Actualisé avec autre incident et commentaires de Netanyahu, 
paras 3-4 et contexte paras 10-11) 
    JERUSALEM, 7 février (Reuters) - Un migrant soudanais a 
blessé dimanche à l'arme blanche un soldat à Ashkelon dans le 
sud d'Israël avant d'être abattu, le suspect semblant avoir agi 
par solidarité avec les Palestiniens, a annoncé la police. 
    Si ce motif est confirmé, ce serait la première attaque de 
ce genre par un étranger depuis la nouvelle "intifada des 
couteaux" lancée par les Palestiniens en octobre. 
    En Cisjordanie occupée, une tente utilisée comme synagogue 
près d'un avant-poste israélien a été la cible d'une incendie, 
apparemment criminel. Plusieurs rouleaux de la Torah ont été 
brûlés.  
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé 
dimanche lors de la réunion hebdomadaire du conseil des 
ministres que "cet acte haineux" soit condamné par la communauté 
internationale avec autant de force que les profanations de 
mosquées de ces dernières années par les extrémistes juifs.   
    A Ashkelon, le migrant soudanais a légèrement blessé le 
militaire israélien à un arrêt d'autobus avant de s'enfuir, a 
indiqué la police. Il a été poursuivi par un autre soldat qui a 
tiré sur lui.  
    Plusieurs milliers de Soudanais sont entrés illégalement en 
Israël ces dernières années via l'Egypte, certains à la 
recherche de travail et d'autres en tant que demandeurs d'asile. 
Israël, qui n'a pas de relations diplomatiques avec le Soudan, 
pays musulman, a des difficultés à les renvoyer chez eux. 
     
    "La conduite, le lieu, la fuite, le ciblage d'un soldat : 
toutes ces choses vont dans le sens d'une attaque nationaliste", 
a déclaré à la presse le chef de la police d'Ashkelon, Shimon 
Portal, utilisant un terme habituellement utilisé en Israël pour 
parler des violences palestiniennes. 
    Avant de mourir, le suspect a "marmonné quelques mots 
incompréhensibles en arabe", a dit le chef de la police. 
    Depuis octobre, les attaques à l'arme blanche, à l'arme à 
feu ou à la voiture bélier menées par des Palestiniens ont tué 
27 Israéliens et un Américain. Les forces israéliennes ont tué 
au moins 156 Palestiniens, dont les deux tiers étaient des 
auteurs d'attaques. Les autres sont pour la plupart morts lors 
de manifestations violentes. 
    La vague de violence en Israël et dans les territoires 
occupés est alimentée par plusieurs facteurs et notamment la 
frustration des Palestiniens après l'échec des négociations de 
paix en 2014, ainsi que le développement des colonies de 
peuplement juif sur les terres que les Palestiniens réclament 
pour leur futur Etat. 
    Autre facteur, le développement des visites juives sur 
l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, troisième lieu saint de 
l'islam sunnite et lieu révéré dans le judaïsme parce qu'étant 
le site de deux anciens temples bibliques. 
 
 (Dan Williams; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant