Israël renforce sa frontière avec la Syrie 

le
0
Pour une fois, l'État hébreu et les Palestiniens se sont trouvé un ennemi commun en la personne du président Assad, qui a fait bombarder un camp de réfugiés près de Lattaquié.

Israéliens et Palestiniens se sont trouvé un motif d'inquiétude commun en la personne de Bachar el-Assad. Les responsables israéliens redoutent que le président syrien aux abois se livre à une «provocation» militaire pour détourner l'attention de la répression sanglante menée contre ses opposants. De leur côté, les Palestiniens ont dénoncé mardi les tirs de navires de guerre syriens contre un camp de réfugiés situé près du port syrien de Lattaquié. Plus de 5000 habitants, la moitié de la population de ce camp, ont été contraints de fuir, selon les estimations de l'Agence de l'ONU chargée des réfugiés palestiniens.

«C'est un crime contre l'humanité visant le peuple palestinien et ses frères syriens victimes de cette campagne sanglante, s'est indigné Yasser Abed Rabbo, le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). On voit la marine et les chars syriens bombarder des maisons faites de bric et de broc, tirer sur des gens

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant