Israël redoute la montée en puissance des Frères musulmans

le
0
Israël risque de perdre avec Hosni Moubarak son dernier «ami» dans la région au moment où les relations avec l'ancien allié turc traversent une crise aiguë.

Israël croise les doigts pour Hosni Moubarak. Les menaces sur le régime d'un président qui a connu huit premiers ministres israéliens depuis son accession au pouvoir ont provoqué une véritable bouffée d'angoisse. «Un nouveau Moyen-Orient» : ce titre barrait dimanche la une de deux quotidiens populaires, faisant référence non pas à une région sur le point de devenir un havre de paix, mais plutôt à une montée des périls tous azimuts.

Officiellement, Benyamin Nétanyahou, le chef du gouvernement a imposé le silence dans les rangs parmi ses ministres. Il s'est contenté d'affirmer que «la paix avec l'Égypte dure depuis plus de trois décennies. Notre objectif est que cela continue.» Il a prôné «la stabilité et la sécurité dans la région». Une déclaration dont chaque mot a été soigneusement pesé pour éviter de fournir le moindre argument aux opposants du président Moubarak.

Beaucoup plus diserts, les commentateurs évoquent des scénarios plus catastrop

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant