Israël presse les USA de priver l'Iran de toute capacité atomique

le
2

JERUSALEM, 3 septembre (Reuters) - Israël s'efforce toujours de convaincre les grandes puissances de ne pas conclure avec l'Iran un accord sur son programme nucléaire qui lui permettrait de conserver des technologies propres à fabriquer des bombes atomiques, a déclaré mercredi le ministre israélien des Affaires stratégiques, Yuval Steinitz. Les négociateurs espèrent conclure avec Téhéran un accord définitif d'ici la date-butoir du 24 novembre, en vertu duquel l'Iran limiterait certaines activités jugées suspectes, dans le domaine du nucléaire, en échange d'un assouplissement des sanctions économiques internationales. La prochaine session de discussions entre les six grandes puissances et l'Iran doit avoir lieu dans le courant du mois à New York, sans doute en marge de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies. L'Occident soupçonne Téhéran de chercher secrètement à se doter de l'arme atomique, ce que les Iraniens contestent, en expliquant que leur programme nucléaire vise uniquement à produire de l'électricité. Yuval Steinitz a déclaré mercredi dans une interview à une radio qu'il conduirait la semaine prochaine une délégation gouvernementale à Washington pour presser les Américains d'obtenir que la République islamique soit privée de toute capacité nucléaire - ce que Téhéran exclut et que nombre de diplomates occidentaux jugent irréalisable. "La semaine prochaine, je conduirai une très importante délégation pour deux jours d'entretiens aux Etats-Unis avant la tenue de la principale, et peut-être la dernière session de négociations entre les grandes puissances et l'Iran", a-t-il sur les ondes de Radio-Israël. "Ce que (le président iranien Hassan) Rohani a fait, ce sont des concessions de toutes sortes sur des questions secondaires, des concessions partielles, mais il a préservé le coeur du projet, qui est de nous menacer, et de menacer l'ensemble du monde", a poursuivi le ministre. Yuval Steinitz a déjà dirigé une délégation israélienne en juin à Washington sur les questions nucléaires, avant la précédente date-butoir (20 juillet) qui avait été fixée pour la conclusion d'un accord avec l'Iran, échéance qui a été repoussée par la suite au 24 novembre. Les six puissances qui négocient avec l'Iran sont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu (Chine, Russie, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne) plus l'Allemagne. (Dan Williams; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le mercredi 3 sept 2014 à 14:57

    L'Iran ne doit pas avoir la bombe nucléaire. Jamais, pour le bien de l'Humanité toute entière.

  • housssss le mercredi 3 sept 2014 à 12:52

    La politique d'Obama est un mystère pour le commun des mortels, le peuple est dépossédé de son avis sensé être souverain au bénéfice du chiffre d'affaire des entreprises étasuniennes.