Israël : première détention administrative d'un extrémiste juif

le , mis à jour à 22:40
0
Israël : première détention administrative d'un extrémiste juif
Israël : première détention administrative d'un extrémiste juif

L'Etat hébreu veut envoyer un message de fin d'impunité pour les plus dangereux des extrémistes du pays. Le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon a signé mardi soir le premier ordre de détention administrative à l'encontre d'un extrémiste juif à la suite de la mort d'un bébé palestinien vendredi en Cisjordanie occupée.

Cette détention administrative de six mois, mesure appliquée jusqu'à présent avant tout contre les Palestiniens, concerne Mordehaï Mayer, un colon israélien arrêté mardi en raison de «son implication dans des activités violentes et des attaques terroristes survenues ces derniers temps». Pour être appliquée, elle devait être validée par le ministre de la Défense, ce qui a été fait. Dans son communiqué, le ministère ne précise pas si ce colon extrémiste, habitant dans l'implantation de Maalé Adoumim, est directement impliqué dans l'incendie criminel en Cisjordanie.

A Nazareth (nord d'Israël), un tribunal a également décidé de maintenir en garde à vue jusqu'à dimanche Meïr Ettinger, arrêté lundi et qui était ces dernières années l'objet d'une surveillance particulière du service de sécurité intérieure (Shin Beth) parmi les extrémistes juifs. 

Troisième arrestation, garde à vue prolongée pour Meïr Ettinger

En soirée ce mardi, le Shin Beth a annoncé l'arrestation d'un deuxième extrémiste juif, Eviatar Slonim, «pour appartenance à une organisation extrémiste». Aucune autre précision n'a été donnée sur les soupçons pesant sur lui.

Le suspect le plus connu, Ettinger, 23 ans, a-t-il quelque chose à voir avec l'incendie criminel qui a suscité la consternation et l'indignation en Israël et à l'étranger, et la colère dans les Territoires palestiniens ? Au tribunal, les mains libres entre deux gardes dans le box, il est en tout cas apparu détendu et s'est contenté de répondre par des sourires aux questions des journalistes, admis avant l'audience à huis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant