Israël pourrait poursuivre des chefs palestiniens pour "crimes de guerre"

le
1

JERUSALEM, 3 janvier (Reuters) - Israël envisage de poursuivre des dirigeants palestiniens aux Etats-Unis et ailleurs pour "crimes de guerre", en réponse à la demande d'adhésion de l'Autorité palestinienne au statut de Rome, acte fondateur de la Cour pénale internationale (CPI), a-t-on appris samedi de source proche du gouvernement israélien. Pour défendre cette idée, Israël souligne que les dirigeants de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie, qui ont conclu en avril dernier un accord de réconciliation avec le Hamas, coopèrent avec les islamistes palestiniens de Gaza qui tirent des roquettes sur le territoire israélien. "Le Hamas, comme l'Etat islamique, commet des crimes de guerre et tue des civils", a dit un responsable israélien qui a requis l'anonymat. "Ceux qui doivent craindre des poursuites, ce sont en fait les dirigeants de l'Autorité palestinienne." "Israël envisage la possibilité d'engager de nombreuses poursuites aux Etats-Unis et ailleurs" contre le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et d'autres dirigeants palestiniens", a poursuivi ce responsable. La mission d'observation palestinienne aux Nations unies a remis vendredi au siège de l'Onu les documents d'adhésion au statut de Rome et à plusieurs autres traités internationaux. Son chef, Ryad Mansour, a précisé que les Palestiniens avaient officiellement requis la compétence rétroactive de la CPI "pour les crimes commis durant la dernière guerre à Gaza". Ce conflit de 50 jours, qui a opposé l'été dernier Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, a fait plus de 2.100 morts côté palestinien et 73 morts, essentiellement des militaires, en Israël. ID:nL6N0UH1WM Jeudi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé à la CPI de rejeter la demande d'adhésion palestinienne car l'Autorité palestinienne, a-t-il dit, "n'est pas un Etat mais une entité alliée à une organisation terroriste, le Hamas, qui commet des crimes de guerre". Pour le ministre israélien de l'Economie, Naftali Bennett, si le Fatah, le parti de Mahmoud Abbas, veut aller devant la CPI de La Haye, "ce ne peut être qu'en tant qu'accusé" en raison de son alliance avec le Hamas. (Allyn Fisher-Ilan, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le samedi 3 jan 2015 à 12:17

    Les dirigeants palestiniens font tout à l'envers. Ils pensent obtenir gain de cause par le terrorisme et maintenant par une attaque judiciaire. Les palestiniens devraient s'opposer à leurs pseudo dirigeants qui les asservissent dans leur unique intérêt. Ainsi, le chef du Hamas possède 2,6 milliards de dollars et écoulent des jours paisibles au Qatar.