Israël-Palestine : le Djihad islamique, enfant terrible de Gaza

le
1
Des membres du Djihad islamique participent aux funérailles de trois de leurs combattants, tués dans un raid israélien le 11 mars.
Des membres du Djihad islamique participent aux funérailles de trois de leurs combattants, tués dans un raid israélien le 11 mars.

On ne parle que de lui. Tirs de roquettes sur Israël ou cargaison d'armes en provenance de l'Iran, le Djihad islamique s'impose peu à peu comme le principal rival armé du Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007. Première organisation palestinienne à avoir allié la lutte nationaliste et l'islamisation de Gaza à la fin des années 1970 (le Hamas n'a rallié la cause nationaliste qu'à partir de la première Intifada, en 1988, NDLR), le Djihad islamique ne participe pas pour autant à la vie politique gazaouie.

Plus agressif que le Hamas

Minoritaire et moins implanté que le Hamas, il concentre toute son énergie sur la lutte armée. "Opposé à toute négociation avec Israël, ce mouvement, empreint d'une logique révolutionnaire, est aujourd'hui le bras de Téhéran à Gaza", assure David Rigoulet-Roze, chercheur de l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas). En témoigne la très médiatique interception par Israël, la semaine dernière, d'une importante cargaison d'armes iraniennes qui, d'après Tsahal, lui étaient destinées.

Et le mouvement a failli provoquer mercredi une crise d'une tout autre ampleur. En moins de 24 heures, le Djihad islamique a tiré pas moins d'une soixantaine de roquettes contre le sud de l'État hébreu, soit davantage que le bilan cumulé depuis le début de l'année, forçant des milliers de civils israéliens à se réfugier dans les abris. "Bien plus petit que le Hamas, le Djihad islamique est beaucoup plus agressif...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le vendredi 14 mar 2014 à 22:44

    Ah ! Les gentils enfants de Gaza :( Pas de paix possible avec ces groupes terroristes. Impossible et bien dommage.