Israël : Orange embarrassé par un partenaire implanté dans les colonies

le , mis à jour le
1
Israël : Orange embarrassé par un partenaire implanté dans les colonies
Israël : Orange embarrassé par un partenaire implanté dans les colonies

Orange devrait revoir ses liens avec Partner un opérateur de téléphonie israélien qui relaie les communications vers les colonies en Cisjordanie. Stéphane Richard, le PDG du groupe français, l'a annoncé ce mercredi de la capitale égyptienne. Néanmoins; il ne veut pas exposer Orange à «des risques énormes».  Partner Communications Company compte 2,77 millions d'abonnés en Israël, soit une part de marché de 28%, selon son site, indisponible mercredi soir. La ministre israélienne adjointe des Affaires étrangères lui a demandé de clarifier sa position.

Tout commence fin mai. Cinq ONG et deux syndicats, dont le puissant Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD-Terre solidaire) qui bénéficie du statut de consultant auprès de l'ONU, l'Association France Palestine Solidarité et la CGT, demandent à Orange le 27 mai lors de l'assemblée générale des actionnaires de «communiquer publiquement sa volonté de désengagement et de dénoncer les atteintes aux droits humains commises par Partner».

L'Etat français également mis en cause

Selon un rapport de ces organisations, l'opérateur en exerçant des activités économiques «dans les colonies israéliennes contribuerait à leur viabilité économique et à leur maintien, et aiderait ainsi à perpétuer une situation considérée comme illégale par la communauté internationale». L'Etat français est également mis en cause :  par le biais de l'Agence des participations de l'Etat (APE) et de la Banque publique d'investissement, il possède environ 25 % du capital de l'entreprise de téléphonie.

Orange avait jusqu'ici indiqué qu'il n'était «pas opérateur en Israël», ne détenait «aucune action ou droit de vote de Partner». Il a expliqué que le contrat de licence existant, permettant à Partner d'utiliser «la marque et l'image d'Orange en échange d'une redevance», avait été «signé par le propriétaire de l'époque, (et) transmis à France ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berco51 le jeudi 4 juin 2015 à 09:14

    Pas d'inquiétude pour Partner le lobby veille