Israël nie son implication dans une cyberattaque liée à l'Iran

le , mis à jour à 09:20
0

JERUSALEM, 11 juin (Reuters) - Une vice-ministre israélienne a jugé infondées, jeudi, les rumeurs d'implication d'Israël dans un piratage informatique qui aurait, selon le groupe de sécurité informatique russe Kaspersky Lab, visé trois hôtels de luxe européens où se sont tenues des discussions internationales entre l'Iran et le groupe P5+1. "Les informations internationales sur l'implication d'Israël dans cette affaire sont sans fondement", a déclaré la vice-ministre des Transports Tzipi Hotovely. "Ce qui est beaucoup plus important", a-t-elle ajouté, "c'est d'empêcher un mauvais accord où au final, nous nous retrouvons avec un parapluie nucléaire iranien." Selon Kaspersky et l'américain Symantec, autre société de sécurité informatique, le virus répéré dans les hôtels partageait des similitudes avec le logiciel d'espionnage Duqu, développé par Israël d'après les experts en cybersécurité. Le P5+1 réunit les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la France, la Grande-Bretagne, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, et l'Allemagne. Les discussions sur le nucléaire iranien se sont tenues à Genève, à Lausanne, à Montreux, à Munich et à Vienne. En février, Washington a accusé Israël de se servir de "fuites" au cours des pourparlers afin de donner de fausses interprétations de la position des Etats-Unis dans ces discussions. Selon Kaspersky, "Duqu" a déjà servi à une cyberattaque en 2011, montrant des similarités avec Stuxnet, un "ver" informatique qui a en partie saboté le programme nucléaire iranien en 2009-2010 en détruisant un millier de centrifugeuses servant à produire de l'uranium enrichi. Une autre attaque imputable à "Duqu", ajoute Kaspersky, est liée aux cérémonies du 70e anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau, en janvier de cette année. Plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement étaient présents. (Ari Rabinovitch; Guy Kerivel et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant