Israël : Netanyahou met en doute l'«impartialité» de la France

le , mis à jour à 14:58
0
Israël : Netanyahou met en doute l'«impartialité» de la France
Israël : Netanyahou met en doute l'«impartialité» de la France

Alors que Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères est actuellement en Israël pour présenter son projet de conférence internationale pour tenter de ranimer les efforts de paix dans la région, Benjamin Netanyahou, le premier ministre israélien, a mis en doute l'«impartialité» de l'initiative française.

«J'ai dit au ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault que la décision scandaleuse prise à l'Unesco avec le soutien de la France et qui ne reconnaît pas le lien millénaire entre le peuple juif et le mont du Temple jette une ombre sur l'impartialité du forum que la France tente de réunir», a-t-il affirmé.

Une référence au vote par la France en avril d'une décision de l'Unesco sur le patrimoine culturel palestinien et Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem occupée et annexée par Israël.

La diplomatie française tente de dissiper le trouble

Pourtant, depuis plusieurs semaines, les responsables français se sont succédé pour tenter de dissiper le trouble causé à leur initiative. «Il y a dans cette résolution de l'Unesco des formulations malheureuses, maladroites, qui heurtent et qui auraient dû être incontestablement évitées», a expliqué Manuel Valls, le Premier ministre. «La position de la France sur Jérusalem n'a pas changé : Jérusalem est une ville fondamentale pour les trois grandes religions monothéistes et appartient à tous les croyants, juifs, chrétiens et musulmans», a affirmé Jean-Marc Ayrault devant le Premier ministre israëlien.

Reste que le gouvernement israëlien reste opposé à l'initiative de la France alors que Jean-Marc Ayrault sait qu'il pourra recevoir le soutien Mahmoud Abbas, président palestinien qu'il doit rencontrer dans la journée. L'idée de Paris est la tenue d'une conférence avant la fin de l'année.

Un peu plus tard, Jean-Marc Ayrault a répété que «la France est désintéressée, mais elle est profondément convaincue que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant