Israël menace de bloquer l'aide de l'UE aux Palestiniens

le
0
    JERUSALEM, 30 novembre (Reuters) - Le gouvernement israélien 
a menacé lundi de cesser de coopérer aux projets européens en 
faveur des Palestiniens de Cisjordanie en réponse à la décision 
de Bruxelles d'indiquer la provenance des produits issus des 
colonies juives.  
    Le ministère israélien des Affaires étrangères avait annoncé 
la veille la suspension des contacts avec l'UE dans le cadre du 
processus de paix en réaction à cette décision entrée en vigueur 
le 11 novembre.  
    Les contacts bilatéraux avec les Etats membres ne seront 
toutefois pas affectés, a-t-il précisé, citant l'Allemagne, la 
France et la Grande-Bretagne.  
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a par ailleurs 
rencontré lundi Federica Mogherini, porte-parole de la 
diplomatie européenne, en marge de la COP21 à Paris.   
    "Les relations entre l'UE et Israël sont bonnes, larges et 
profondes et cela va continuer", a assuré une porte-parole de 
l'Union à Bruxelles en annonçant leur entretien.  
    La décision concernant l'étiquetage des produits provenant 
des colonies était déjà appliquée par plusieurs Etats membres, 
a-t-elle souligné, minimisant la portée de cette mesure. 
    La réaction israélienne n'aura vraisemblablement pas de 
conséquences sur le plan diplomatique puisque le processus de 
paix est gelé depuis 2014, mais l'aide européenne aux 
Palestiniens dépend en partie de la coopération du gouvernement 
Netanyahu, dans la mesure où l'Autorité palestinienne n'exerce 
pas tous les pouvoirs en Cisjordanie. La zone "C", administrée 
par l'armée israélienne, lui échappe même totalement.  
    "Il est vrai qu'il n'y a pas de processus de paix (...), 
mais l'Union européenne tient à être impliquée dans un éventail 
de projets, dont certains (...) concernent l'assistance sociale 
aux Palestiniens", a souligné Emmanuel Nahshon, porte-parole du 
ministère israélien des Affaires étrangères.  
    "Pour tous ces projets, nous allons devoir réexaminer si 
nous pouvons considérer l'Union européenne comme un partenaire, 
dans la mesure où elle a recours à des mesures de discrimination 
et de boycott contre l'Etat d'Israël", a-t-il ajouté.  
    Jugeant cette menace "stupide", Riyad al Maliki, chef de la 
diplomatie palestinienne, a estimé qu'elle en disait long sur 
l'arrogance du gouvernement israélien et sur sa défiance à 
l'égard de l'UE.  
    Une centaine de projets européens, dont le budget total 
représente dix millions d'euros, doivent être mis en oeuvre dans 
la zone C et la plupart n'ont pas encore été approuvés. 
    Selon le ministère israélien de l'Economie, les produits 
concernés par le nouvel étiquetage européen représentent 47 
millions d'euros par an, soit un cinquième de la production 
totale des colonies. En 2014, les importations européennes de 
biens et de services en provenance d'Israël se sont élevées à 
17,5 milliards d'euros, selon l'exécutif bruxellois.  
 
 (Jeffrey Heller, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant