Israël : le sandwich au porc d'un soldat sème la discorde

le
0
Israël : le sandwich au porc d'un soldat sème la discorde
Israël : le sandwich au porc d'un soldat sème la discorde

L'armée israélienne fait marche arrière. Elle a annulé mercredi la peine infligée à un de ses soldats reconnu coupable d'avoir mangé un sandwich au porc durant son service. Avec cette action, il avait enfreint la loi juive en cours dans l'armée et avait été condamné à 11 jours de prison avant d'être finalement assigné à la base. 

Mais, face à la vague de protestations, l'armée a donc reculé. «Nous avons eu tort», a concédé le porte-parole de l'armée, le général Moti Almoz, sur sa page Facebook. La sanction a été «annulée et le soldat a pu rentrer chez lui», a-t-il ajouté. 

Un soldat né aux Etats-Unis

Le soldat en question, né à Boston (Etats-Unis), est récemment arrivé en Israël pour accomplir son service militaire de son plein gré. Lors d'un cours pour sous-officiers, il s'est rendu coupable d'avoir mangé un sandwich au porc et en aurait même proposé autour de lui. Or l'armée israélienne, en tant qu'institution officielle, est tenue d'appliquer la cacheroute.

Le code alimentaire que prescrit le judaïsme interdit la consommation de certaines viandes comme le porc, l'âne, le cheval ou le lapin, de crustacés, certains poissons non écaillés, ou le mélange de viande et de laitage dans le même repas.

La mère du jeune homme, dont le nom n'a jamais été divulgué, avait vivement réagi à la condamnation infligée à son fils. Elle a jugé incroyable qu'en «2015, en Israël, mon garçon, qui a fait le choix de se porter volontaire pour le combat, soit jeté dans une prison militaire parce qu'il a mangé de la saucisse non casher», rapportait le quotidien «Haaretz».

Un vrai problème de société en Israël

La grand-mère du soldat, qui lui avait préparé son sandwich, s'est même proposée pour prendre sa place au mitard. La correspondante militaire de la radio publique s'est, elle, émue qu'un officier subalterne puisse envoyer un soldat en prison pour un tel motif. Des internautes ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant