Israël : la violence en vidéos sur les réseaux sociaux

le
1
Un missile israélien s'abat sur Gaza, le 15 juillet 2014.
Un missile israélien s'abat sur Gaza, le 15 juillet 2014.

Neuf jours que le Proche-Orient s'embrase de nouveau. La bande de Gaza est la cible de frappes aériennes israéliennes, l'État hébreu veut en finir avec le Hamas, la mouvance islamiste palestinienne. Et, de leur côté, les tirs de roquettes se multiplient en direction d'Israël. Bilan : plus de 200 Palestiniens tués, un Israélien mort au passage de Erez, au nord de la bande de Gaza. C'est la première victime israélienne depuis le début de l'offensive Bordure protectrice. Mais la violence ne se limite pas au terrain. Elle s'exporte sur Internet, et tout particulièrement sur les réseaux sociaux. Les soutiens des Palestiniens comme les défenseurs d'Israël rivalisent d'images pour témoigner du conflit. Les vidéos se propagent d'internaute en internaute : le mouvement est extrêmement "viral". Mais attention, ces images ne peuvent être totalement vérifiées. La date de téléchargement et le pseudonyme de l'internaute publiant la vidéo sont les seules informations qui peuvent aider à la déchiffrer. Le Point.fr vous propose deux montages vidéo avec les images qui circulent le plus sur les réseaux sociaux, d'un côté comme de l'autre. Leur interprétation est à faire avec prudence. Certaines images peuvent choquer. Du côté israélien : Du côté palestinien : Bonus : une réalisatrice et illustratrice américaine explique à sa manière le conflit israélo-palestinien, sur la musique "This Land is Mine", parodie de la chanson...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le mercredi 16 juil 2014 à 19:13

    Combien de morts y aurait-il eu, juste aujourd'hui en Israel, si la technologie n'avait pas intercepté les missiles envoyés par le Hamas sur la population civile israélienne ? COMBIEN ? DES MILLIERS ! Le Hamas cherche à tuer en masse les civils israéliens. C'est ignoble.