Israël : la mort de deux soldats peut-elle embraser la région ?

le
0
Des soldats de Tsahal à Hébron le 23 septembre.
Des soldats de Tsahal à Hébron le 23 septembre.

Bat Yam, samedi soir. Dans cette ville côtière proche de Tel-Aviv, le shabbat vient juste de s'achever. Mais ils sont déjà là, devant "À la viande de Tsakhi", le petit restaurant de la rue Herzl. Quelques centaines d'Israéliens qui scandent : "Bat Yam juive !" et certains : "Dehors, les Arabes !" Tous expliquent que si le restaurateur n'avait pas employé illégalement des Palestiniens, le soldat Tomer Hazan, 20 ans, serait encore en vie. Tout a commencé le vendredi soir. La famille Hazan donne l'alerte. Depuis quelques heures, elle était sans nouvelles du militaire venu en permission. Immédiatement, les forces de sécurité, y compris le Shin Bet, la sécurité intérieure, lancent les opérations de recherche. On connaît la suite : la découverte du corps, le lendemain matin, dans un puits, près d'un village du nord de la Cisjordanie. Puis l'annonce qu'un suspect palestinien a été arrêté. Et les précisions du Shin Bet selon lesquelles le présumé assassin a avoué. Son nom : Nadal Amar du village de Bet Amin. Il aurait attiré Tomer en Cisjordanie pour le kidnapper et le tuer afin d'obtenir, en échange de son corps, la libération de son frère emprisonné depuis dix ans en Israël pour sa participation à des attaques anti-israéliennes. Depuis quelques mois, Nadal Amar travaillait "À la viande de Tsakhi", en compagnie de Tomer, qui faisait les livraisons. Le Palestinien était-il employé illégalement ? Non ! affirme le restaurateur, alors que le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant