Israël : la concession de Netanyahou

le
0
John Kerry et Benyamin Netanyahou, le 6 novembre, à Jérusalem.
John Kerry et Benyamin Netanyahou, le 6 novembre, à Jérusalem.

La soirée fut agitée à la présidence du Conseil à Jérusalem, mardi soir. Après l'annonce par le ministère israélien de l'Habitat de la construction de quelque 20 000 logements en Cisjordanie et à Jérusalem Est, Benyamin Netanyahou et ses conseillers ont très vite fait face aux protestations de l'administration Obama, ainsi qu'aux mises en garde palestiniennes. Les uns, "très inquiets" et en demande "d'explications" ; et les autres, menaçant de se retirer immédiatement des négociations en cours.

Le Premier ministre israélien a réagi en deux temps : il a d'abord annoncé le gel du projet de construction d'un nouveau quartier dans le secteur appelé "E1", à l'est de Jérusalem, qui, pour les Américains, est une véritable ligne rouge. Car un tel développement couperait littéralement la Cisjordanie en deux et rendrait impossible la création d'un État palestinien viable. Peu après, les critiques ne se calmant pas, le bureau du chef du gouvernement israélien a fini par annoncer la suspension de l'ensemble du projet. Le tout assorti d'un communiqué en désavouant le responsable : le ministre, Ouri Ariel. Fervent partisan de la colonisation et pro-annexionniste, cet habitant de l'implantation d'Ofra est un des responsables de la "Maison juive", la formation nationaliste religieuse dirigée par Naftali Bennet, lui-même ministre de l'Économie. Au-delà de l'annonce ordonnant à l'impétrant de reconsidérer toutes les mesures concernant la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant