Israël-Gaza : réunion d'urgence à l'ONU après un dimanche sanglant

le
1
Israël-Gaza : réunion d'urgence à l'ONU après un dimanche sanglant
Israël-Gaza : réunion d'urgence à l'ONU après un dimanche sanglant

L'opération israélienne contre le Hamas qui s'est poursuivie dimanche est d'ores et déjà la journée la plus meurtrière depuis le début de l'offensive militaire lancée il y a 13 jours. Au moins 100 Palestiniens ont été tués, dont 62 à Chajaya, dans la banlieue est de Gaza. Le nombre de Palestiniens qui ont trouvé la mort s'élève désormais à 437. Treize soldats israéliens ont été tués dans la nuit à Gaza.

Le pilonnage de Chajaya a débuté samedi soir. Le lendemain matin des dizaines de milliers de civils fuyaient la ville. Sur place, les témoins décrivent des scènes de carnage et de chaos. Beaucoup de maisons situées en première ligne, face aux chars, sont complètement détruites, et dans les rues s'amassent des cadavres, certains complètement carbonisés, qu'il faut ramasser rapidement. Youssef Abou Rech, un responsable de la santé du Hamas a mis en garde contre «une catastrophe humanitaire» si les blessés (au moins 250 personnes à Chajaya) et les morts encore sur place n'étaient pas évacués rapidement.

En milieu de journée l'armée israélienne a accepté d'observer une pause humanitaire de deux heures à la demande de la Croix-Rouge. Mais la trêve n'a pas été tenue de bout en bout, Tsahal et le Hamas s'accusant mutuellement de l'avoir rompue.

Dans la soirée, la branche armée du Hamas a revendiqué l'enlèvement d'un soldat israélien.

En France,une nouvelle manifestation propalestinienne a dégénéré en émeutes à Sarcelles (Vald'Oise) comme la veille à Paris.

>>> Revivez les événements de la journée de dimanche

00h44. L'Algérie a exhorté dimanche le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui a entamé une tournée au Moyen-Orient, à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin «immédiatement à cette agression effrénée et empêcher ainsi le carnage du peuple palestinien en violation flagrante des conventions internationales et du droit humanitaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le dimanche 20 juil 2014 à 23:10

    Au contraire. Mort, il ne vaut rien du tout mais vivant, il constitue une denrée précieuse.