Israël/Gaza - Le journal de guerre de Danièle Kriegel (1) : "Ce n'est plus une opération, c'est une guerre"

le
0
Des Palestiniens prient devant le dôme du rocher, à Jérusalem, dimanche soir.
Des Palestiniens prient devant le dôme du rocher, à Jérusalem, dimanche soir.

Jérusalem, lundi 21 juillet, 10 heures locales."Ce n'est plus une opération, c'est une guerre." Cette analyse sort de la bouche d'officiers de haut rang qui s'expriment sous couvert d'anonymat. En parallèle, on apprend que l'état-major fait monter au front de nouvelles unités, rappelées depuis quelques jours et gardées jusqu'ici en réserve. "Dimanche noir" ; "Journée sanglante" ; "La plus meurtrière du conflit" ! Ce sont, en ce lundi matin, 14e jour du conflit et 5e jour de l'offensive terrestre, les titres des quotidiens, qui tous publient les photos de cinq des treize soldats tués et une série d'articles sur les opérations d'hier sur le terrain et notamment à Chajaya, ce quartier est de la bande de Gaza, où vivent 100 000 personnes. Cette fois, contrairement aux jours précédents, le côté palestinien n'est pas escamoté. À la une, la plupart des quotidiens mentionnent le bilan des victimes palestiniennes dans ce secteur : plus de 60 tués, dont 20 enfants et 14 femmes. Images terribles de corps jonchant les rues, de familles tentant, dans un chaos indescriptible, de fuir les combats pour trouver un refuge. Les centres de l'UNRWA sont débordés - ils accueillent plus de 50 000 personnes déplacées. Images : des centaines de gens se sont regroupés dans la cour de l'hôpital où les morts et les blessés ne cessent d'arriver. Une toute jeune fille en pleurs se met à crier : "Il faut que cela s'arrête, je veux étudier, je veux vivre !" En Israël,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant