Israël - Gaza : la trêve tient, 5 jours de sursis pour trouver un accord

le
0
Israël - Gaza : la trêve tient, 5 jours de sursis pour trouver un accord
Israël - Gaza : la trêve tient, 5 jours de sursis pour trouver un accord

Les armes restent toujours silencieuses dans la bande de Gaza. La trêve entre le mouvement islamiste Hamas et l'armée israélienne, renouvelée mercredi pour cinq jours, semble tenir depuis minuit. Des tirs de roquettes et raids aériens ont néanmoins ont lieu dans la nuit. Avant ce retour à un calme précaire, l'aviation israélienne a en effet annoncé avoir mené une série de raids contre des «centres d'activité terroriste» après neuf tirs de roquettes palestiniennes, signe que ce cessez-le-feu reste très fragile.

Les deux parties sur leurs gardes

Les discussions indirectes entre les deux parties se poursuivent au Caire. L'armée israélienne dit se tenir prête à toute éventualité sur le terrain «parce que les opérations ne sont pas encore terminées». Selon notre reporter sur place, les troupes se sont massées à la frontière, mercredi soir, quelques minutes avant le cessez-le-feu. 

Israël déploie des troupes supplémentaires à la frontière de #Gaza avant la fin du cessez-le-feu prévu à 23h via @TimesofIsraelFR-- GERSCHEL Frédéric (@fgerschel) August 13, 2014

 Les bruits de bottes israéliens «ne font pas peur» au Hamas, a indiqué pour sa part un de ses porte-parole à Gaza, Fawzi Barhoum. Khalil al-Haya, membre du bureau politique du Hamas, a répété jeudi les exigences des Palestiniens : «Une levée du blocus définitive et permanente» et une ouverture sur la mer, estimant qu'il n'était «pas du droit de l'ennemi de nous priver de notre port». Il a cependant tenu à souligner qu'il y avait «encore de réelles chances de parvenir à un accord», précisant qu'il fallait pour cela que «l'ennemi cesse de jouer sur les mots». Les deux parties se sont laissé jusqu'à mardi à 00h01 (heure locale) pour négocier.

Après plus de 35 jours de combats, la bande de Gaza doit désormais se reconstruire, ici à Beit Hanoun dans le nord de l'enclave, les dégâts sont considérables. (LP/YANN ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant