Israël/Gaza - Journal de guerre de Danièle Kriegel (2) : "Temps de guerre"

le
0
Mardi matin, un raid israélien sur la bande de Gaza a détruit la mosquée de Farouq, à Rafah.
Mardi matin, un raid israélien sur la bande de Gaza a détruit la mosquée de Farouq, à Rafah.

Jérusalem, mardi 22 juillet, 10 h 30

Deux semaines de conflit. Cinq jours d'offensive terrestre. Des efforts diplomatiques de la communauté internationale qui s'intensifient en vue d'un cessez-le-feu. Mais sur le terrain, rien ne change. Encore et toujours la guerre. Et les mêmes images terrifiantes venues de Gaza : hôpitaux bondés où les blessés côtoient les morts. Des mères impuissantes, entre colère et douleur. Des maisons détruites avec leurs tonnes de gravats d'où émergent un vieil homme et deux adolescents, à la recherche d'on ne sait quoi. Lundi, au moins 55 Palestiniens ont été tués, dont de nombreux enfants.

Du côté israélien, toujours en haut du petit écran, les alertes en temps réel, suivies du direct du correspondant sur place, là où la roquette est tombée ou a été interceptée par une batterie antimissile. À intervalle régulier, des bandeaux apparaissent avec le nom et l'âge des soldats tués. À 20 heures, lors du journal télévisé, les enterrements et la douleur des familles. Entre-temps, et parce qu'il faut tenir l'antenne, c'est débat sur débat. Les spécialistes militaires et d'anciens généraux tentent d'expliquer pourquoi l'armée et les divers services de renseignements n'ont pas plus investi dans la recherche et la neutralisation des tunnels "offensifs" creusés par le Hamas. Mardi matin, dans un édito au vitriol, le correspondant militaire du quotidien Haaretz parle d'"échec stratégique national". Viennent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant