Israël : faut-il interdire de se traiter de "nazi" ?

le
1
À Jérusalem, une manifestation de survivants de l'Holocauste.
À Jérusalem, une manifestation de survivants de l'Holocauste.

Une empoignade en plénière à la Knesset, le Parlement israélien, ce n'est pas vraiment une nouveauté. Sauf que, cette fois, il ne s'agissait pas d'un énième débat sur le conflit israélo-palestinien ou sur la paupérisation de la classe moyenne, mais d'une proposition de loi présentée par deux députés de la coalition gouvernementale pour interdire l'utilisation du mot "nazi" et des symboles du IIIe Reich. "Une nouvelle atteinte à la liberté d'expression", ont estimé la plupart des élus de gauche, dont certains ont même persiflé l'initiative. À la façon de Dov Khenin, député communiste, qui a expliqué : "Attention, si la loi passe, Benyamin Netanyahou pourrait être mis en prison pour avoir comparé Ahmadinejad à Hitler." À droite, les soutiens du projet avançaient l'argument selon lequel cela constituait une réponse au renouveau de l'antisémitisme dans le monde autant qu'à l'utilisation devenue quasi banale, dans le discours israélien, de la terminologie et de la symbolique du nazisme. Même si cela ne date pas d'hier, ce phénomène s'est considérablement amplifié ces derniers mois. Sur Facebook, c'est une photo du ministre des Finances en habit de SS qui est postée. Là, dans une émission satirique, l'action du ministre de l'Intérieur contre les migrants africains demandeurs d'asile est comparée à celle d'un chef de camp de concentration. Au mur des Lamentations, des policiers venus faire respecter l'ordre se font injurier par des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le samedi 18 jan 2014 à 21:22

    http://www.dailymotion.com/video/x18ffss_israel-racisme-anti-africains-fier-d-etre-racistes_news