Israël : évacuations massives dans le nord face aux incendies

le
0
Israël : évacuations massives dans le nord face aux incendies
Israël : évacuations massives dans le nord face aux incendies

Des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées jeudi à Haïfa, troisième ville d'Israël, fuyant les feux de végétation qui se succèdent dans le pays depuis trois jours et dont les autorités soupçonnent que beaucoup ont une motivation politique.

 

Des quartiers entiers de la ville des bords de la Méditerranée, une université, des écoles et les prisons ont été évacuées, a indiqué une porte-parole de la police, Luba Samri. «Au total, nous avons dû évacuer 60 000 habitants, c'est sans précédent à Haïfa», a dit le maire de la ville Yona Yahav.

 

Pas d'état d'urgence

 

Les secours affirment avoir transféré dans les hôpitaux une soixantaine de blessés légers, la plupart hospitalisés pour des problèmes respiratoires. L'armée a annoncé avoir déployé deux bataillons et rappelé des réservistes avec du matériel pour aider pompiers et policiers. L'aéroport local a décidé de fermer, a annoncé son porte-parole.

 

Un porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, a cependant démenti des informations d'un responsable des pompiers selon lequel l'état d'urgence avait été décrété. D'autres sinistres ont été rapportés dans la journée dans la périphérie de Jérusalem, à Nataf et Sha'ar Hagai, à Modiin (centre), mais aussi à Talmon, colonie israélienne de Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël, a rapporté la police. Trois cents enfants ont été évacués d'une école de Talmon, a dit la police.

 

De nombreux incendies d'origine criminelle

 

Le quartier de Ramot Sapir, à Haïfa, était enveloppé d'une fumée dense poussée par un vent fort. Dans les rues quasiment désertées, seuls quelques résidents s'éloignaient à pied ou en voiture, certains se protégeant des cendres épaisses avec des masques. Environ 600 détenus ont été évacués des prisons sous forte escorte, a dit la police.

 

Le centre et le nord d'Israël sont en proie depuis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant