Israël-Etats-Unis : clash diplomatique autour de John Kerry

le
0
Israël-Etats-Unis : clash diplomatique autour de John Kerry
Israël-Etats-Unis : clash diplomatique autour de John Kerry

Nouvelle crise diplomatique israélo-américaine, après qu'un haut responsable à Washington a appelé ce mardi le Premier ministre Benjamin Netanyahu à désavouer publiquement les commentaires de son ministre de la Défense, Moshé Yaalon, attaquant le secrétaire d'Etat américain John Kerry. Le «ministre des affaires étrangères américain» était accusé de ne rien comprendre au conflit israélo-palestinien. Le ministre israélien de la Défense a finalement présenté ses excuses à John Kerry.

Kerry accusé de ne rien comprendre au conflit israélo-palestinien

Moshé Yaalon a finalement affirmé dans un communiqué qu'il «n'avait eu aucune intention d'offenser le secrétaire d'Etat et qu'il lui présentait ses excuses s'il avait été blessé par les propos qui ont été attribués au ministre de la Défense».

Mais selon le journal isarélien Yediot Aharonot, le ministre de la Défense Moshé Yaalon avait affirmé, dans des conversations privées avec des responsables israéliens et américains, que «le secrétaire d'Etat John Kerry - qui est arrivé ici déterminé, et qui est animé par une obsession incompréhensible et une sorte de messianisme - ne peut rien m'apprendre sur le conflit avec les Palestiniens».

«La seule chose susceptible de nous sauver est que John Kerry remporte le prix Nobel de la Paix et nous laisse tranquilles», avait ironisé le ministre, selon le journal.

«Les déclarations du ministre israélien de la Défense, si elles sont fidèlement rapportées, sont choquantes et déplacées, particulièrement vu tout ce que les Etats-Unis font pour soutenir les besoins d'Israël en matière de sécurité», a rétorqué le porte-parole de la présidence américaine, Jay Carney.

«John Kerry et son équipe ne cessent d'oeuvrer en faveur d'une paix dans la sécurité pour Israël, en raison des inquiétudes et de l'engagement des Etats-Unis pour l'avenir d'Israël et de son peuple», a encore assuré le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant