Israël «Etat d'apartheid» : John Kerry tente de désamorcer la polémique

le
0
Israël «Etat d'apartheid» : John Kerry tente de désamorcer la polémique
Israël «Etat d'apartheid» : John Kerry tente de désamorcer la polémique

John Kerry dément, mais sans vraiment démentir. Dans un communiqué publié lundi soir, le secrétaire d'Etat américain nie avoir qualifié Israël d'«Etat d'apartheid» lors d'une réunion privée vendredi. «Je ne crois pas, ni n'ai jamais déclaré publiquement, ou en privé, qu'Israël était un Etat d'apartheid ou qu'il avait l'intention de le devenir», dit-il.

Mais dans le même texte, il reconnaît également, à demi-mots, avoir quand même employé ce terme. «Je ne suis pas tombé de la dernière pluie pour savoir aussi que les mots ont le pouvoir d'être mal interprétés, même de manière non intentionnelle. Et si je pouvais rembobiner la bande, j'aurais choisi un autre mot», concède-t-il. La nuance proviendrait du positionnement du terme dans la phrase, pas directement associé à celui d'«Israël».

«Kerry, honte à vous»

Selon un article du site américain «The Daily Beast», publié dans la nuit de dimanche à lundi, John Kerry a averti qu'Israël courait le risque de devenir un Etat d'«apartheid» s'il ne faisait pas la paix rapidement avec les Palestiniens. Ce média d'informations en ligne, qui dit détenir un enregistrement de ces propos, assure que John Kerry aurait fait cette remarque vendredi dernier, lors d'une réunion à huis clos d'un centre de réflexion à Washington (Etats-Unis).

«La création de deux Etats sera la seule solution réaliste. Parce qu'un Etat unitaire finirait par être soit un Etat d'apartheid avec des citoyens de seconde classe, soit un Etat qui détruira la capacité d'Israël d'être un Etat juif», aurait déclaré précisément John Kerry à propos du conflit isaréalo-palestinien, selon le «Daily Beast». «Une fois ce scénario à l'esprit (...) vous comprenez combien il est impératif d'arriver à une solution à deux Etats, à laquelle les deux dirigeants ont réaffirmé encore (jeudi) leur attachement», aurai-t-il dit. Des représentants officiels et des experts américains, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant