Israël et Palestiniens jettent les bases de futures négociations

le
1
UN ACCORD AUGURANT DE FUTURES NÉGOCIATIONS AU PROCHE-ORIENT
UN ACCORD AUGURANT DE FUTURES NÉGOCIATIONS AU PROCHE-ORIENT

par Arshad Mohammed

AMMAN (Reuters) - Israël et les Palestiniens ont jeté les bases d'une reprise des négociations de paix après quasiment trois ans d'interruption du processus, a annoncé vendredi soir John Kerry à Amman, au terme de sa sixième mission diplomatique en autant de mois.

"Nous sommes parvenus à un accord qui jette les bases d'une reprise de négociations directes sur un statut définitif entre Israéliens et Palestiniens", a dit le secrétaire d'Etat américain à la presse, avant d'ajouter: "Cet accord est toujours en cours de formalisation".

John Kerry a indiqué que Tzipi Livni, ministre israélienne et la Justice et négociatrice en chef pour le dossier palestinien, et le négociateur palestinien Saëb Erekat pourraient se rendre à Washington "vers la semaine prochaine, à peu près, et une nouvelle annonce sera faite à tous à ce moment-là".

Les dernières négociations directes ont été interrompues à l'automne 2010 en raison de profonds désaccords sur les colonies de peuplement juives en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est.

Israéliens et Palestiniens ont salué avec une certaine prudence l'annonce faite par John Kerry.

A Jérusalem, un responsable israélien a estimé sous le couvert de l'anonymat que les négociations de paix, si elles reprennent, dureront des mois.

"Nous parlons en mois, à la fois pour garantir que le processus soit substantiel et global, et pour nous permettre de franchir septembre", a-t-il dit. Il faisait allusion à la tenue de l'Assemblée générale de l'Onu, en septembre, lors de laquelle les Palestiniens avaient, en l'absence de diplomatie directe, envisagé de faire pression en faveur de la reconnaissance de leur prétention à un Etat.

"Je sais que dès que les négociations débuteront, elles seront compliquées", a déclaré Tzipi Livni. "Mais je suis persuadé, en mon âme et conscience, que c'est la meilleure chose à faire pour notre avenir, notre sécurité, notre économie, et pour les valeurs d'Israël", a-t-elle continué.

CONSTRUCTIONS EN CISJORDANIE

Le ministre israélien des Finances, le centriste Yair Lapid, a déclaré à la télévision israélienne qu'"Il existe une solide majorité au gouvernement en faveur d'une reprise des négociations".

Côté palestinien, Wassel Abou Youssef, haut responsable de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a tempéré. "L'annonce faite aujourd'hui ne signifie pas la reprise des négociations. Cela veut dire que les efforts vont se poursuivre pour que les exigences des Palestiniens soient satisfaites(...). Israël doit reconnaître les frontières de 1967", a-t-il dit à Reuters.

Un responsable américain à Amman a dit pour sa part vendredi que la rencontre de négociateurs israéliens et palestiniens à Washington marquerait de fait la reprise des négociations de paix. "Ce serait le commencement de négociations directes entre les parties prenantes, oui."

John Kerry s'est exprimé à la fin de sa sixième mission de paix au Proche-Orient depuis sa nomination à la tête du département d'Etat le 1er février dernier. Il n'a pas voulu entrer dans les détails de l'accord intervenu.

"La meilleure manière de donner une chance à ces négociations, c'est d'en garder la teneur privée", a-t-il dit aux journalistes avant de quitter le Proche-Orient pour regagner les Etats-Unis.

"Nous savons que les défis en jeu nécessiteront de faire des choix très difficiles dans les jours à venir. Aujourd'hui, cependant, je suis optimiste".

Dès mercredi, John Kerry avait montré des signes d'optimisme en déclarant que les divergences entre Israéliens et Palestiniens s'étaient réduites considérablement, et il avait alors émis l'espoir que les négociations puissent reprendre. Au cours de cette sixième mission de paix, il a vu à plusieurs reprises le président palestinien, Mahmoud Abbas, et les dirigeants israéliens.

Mercredi, Israël a autorisé la construction de 732 habitations dans la colonie de peuplement de Modiin Ilit, en Cisjordanie, à mi-chemin entre Tel Aviv et Jérusalem.

Avec Ali Saouafta à Ramallah, Nidal al Moughrabi à Gaza; Eric Faye pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le samedi 20 juil 2013 à 00:49

    L'arlésienne continue...et ils nous fatiguent !...