Israël confronté à une série d'incendies dévastateurs

le
1
An Israeli firefighter plane helps extinguish a fire in the northern Israeli port city of Haifa on November 24, 2016. Hundreds of Israelis fled their homes on the outskirts of the country's third city Haifa with others trapped inside as firefighters struggled to control raging bushfires, officials said. / AFP / JACK GUEZ
An Israeli firefighter plane helps extinguish a fire in the northern Israeli port city of Haifa on November 24, 2016. Hundreds of Israelis fled their homes on the outskirts of the country's third city Haifa with others trapped inside as firefighters struggled to control raging bushfires, officials said. / AFP / JACK GUEZ

Le pays connaît ses incendies les plus graves depuis 2010. Près de 75 000 personnes ont fui à cause de la fumée, dans l’urgence, sans savoir pour la plupart où aller.

Israël face aux flammes. Au troisième jour d’une série d’incendies très vastes au nord et au centre du pays, jeudi 24 novembre, des dizaines de milliers d’habitants ont dû évacuer leur domicile. Selon de premières estimations, 900 hectares ont été touchés, soit le plus grave épisode de ce genre depuis 2010. Les journaux télévisés diffusent en boucle des images extrêmement impressionnantes d’habitants luttant par leurs propres moyens contre les flammes, ou bien prenant la fuite en voiture avec un mince bagage. L’avancée du feu à cette période inhabituelle de l’année a été facilitée par la grande sécheresse régnant depuis plusieurs semaines. Jeudi, le taux d’humidité à Jérusalem n’était que de 4 %.

L’électricité a été coupée dans certains faubourgs de la ville côtière d’Haïfa, particulièrement exposée à la catastrophe. Près de 75 000 personnes ont fui à cause de la fumée, dans l’urgence, sans savoir pour la plupart où aller. La région avait déjà été durement touchée en 2010, lorsque le mont Carmel avait été ravagé, causant la mort de 44 personnes. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les pompiers ont aussi combattu les flammes en Galilée près de villages arabes, près de Nazareth, ou encore à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Jérusalem, autour du village de Beit Meir, près d’Abu Ghosh, haut lieu touristique.

La Grèce, Chypre et la Turquie, avec laquelle Israël vient de reprendre des relations diplomatiques, ont décidé de dépêcher des avions en urgence pour intensifier l’...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 il y a 2 semaines

    On pourrait peut -être leur envoyer un peu de notre mauvais temps.