Israël confirme la saisie de terres fertiles en Cisjordanie

le
1
 (Actualisé destruction de bâtiments financés par l'UE §7-11) 
    JÉRUSALEM, 21 janvier (Reuters) - Les autorités israéliennes 
ont confirmé jeudi qu'elles avaient l'intention de saisir des 
terres fertiles dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie 
occupée, une mesure de nature à provoquer la colère des 
Palestiniens et les critiques de la communauté internationale. 
    Dans un courriel adressé à Reuters, le Cogat, un département 
du ministère israélien de la Défense qui administre la 
Cisjordanie, indique que la décision d'appropriation a été prise 
et que le processus établissant ces terres comme "terres de 
l'Etat" en est "au stade final". 
    La radio de l'armée avait annoncé mercredi que 154 hectares 
de terres cultivables allaient être saisies près de Jéricho, 
dans une zone où sont déjà implantées des colonies de peuplement 
agricoles. ( ID:nL8N1542SA ) 
    Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a dénoncé ces 
saisies qui sont les plus importantes depuis août 2014 en 
Cisjordanie. 
    Les Etats-Unis, dont l'ambassadeur en Israël a critiqué la 
politique de l'Etat hébreu dans les territoires palestiniens, 
ont réaffirmé mercredi qu'ils étaient opposés à toute initiative 
participant à un accroissement des colonies. 
    "Nous pensons que cela est fondamentalement incompatible 
avec une solution à deux Etats et, franchement, nous doutons de 
l'implication du gouvernement israélien dans une solution à deux 
Etats", a dit Mark Toner, porte-parole du département d'Etat. 
    Les forces de sécurité israéliennes ont par ailleurs détruit 
six structures qui avaient été construites grâce à un 
financement humanitaire de l'Union européenne, une initiative 
qui devrait encore accroître les tensions avec l'Etat hébreu. 
    Ces constructions étaient principalement des logements et 
des latrines à l'usage des bédouins vivant dans le secteur E1, 
une zone particulièrement sensible située entre Jérusalem et la 
mer Morte. 
    Les autorités israéliennes n'ont pas installé de colonies 
dans cette zone, toute implantation de colons étant considérée 
par les Etats-Unis et les Européens comme une "ligne rouge" à ne 
pas franchir car elle couperait l'accès direct des Palestiniens 
à Jérusalem-Est. 
    "C'est la troisième fois qu'ils démolissent ma maison et 
chaque fois je la reconstruis. Cette fois je vais encore la 
reconstruire. Si nous partons, ils vont transformer l'endroit en 
une zone militaire fermée", a commenté Saleem Djahaleen, dont la 
maison a été rasée. 
    Le Premier ministre israélien avait expliqué la semaine 
passée que les constructions financées par l'UE avaient été 
érigées de manière illégale. 
     
 
 (Maayan Lubell; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le vendredi 22 jan 2016 à 09:53

    Les messages qui dénoncent la politique sioniste s'auto-détruisent...