Israël : comment sortir du ghetto ultra-orthodoxe

le
2
Israël : comment sortir du ghetto ultra-orthodoxe
Israël : comment sortir du ghetto ultra-orthodoxe

Israël est un pays où la religion prend tous les jours plus de place. Mais les hommes et les femmes dont vous évoquez le destin, souvent tragique, sont résolument à contre-courant

?

Ce sont des ultra-religieux dont la vie a été organisée en fonction de rites très précis, très contraignants : les hommes portent été comme hiver des vêtements noirs et lourds, les femmes ne doivent rien montrer de leur corps, porter des bas très opaques même par 40 °C à l'ombre, cacher leurs cheveux pour les femmes mariées. La vie est dédiée à la prière, à l'étude et à la famille. Ceux qui partent sont en général des jeunes, pour les deux tiers des garçons. Un jour, volontairement ou non, ils quittent leur communauté. Or, ce sont des gens qui ne sont pas préparés à vivre dans une société moderne, où règnent la liberté et la compétition.

Pourquoi ?

Cela est avant tout lié au système éducatif dans lequel ils ont été élevés. Beaucoup de communautés hassidiques par exemple ne parlent que peu l'hébreu. Entre eux, leurs membres utilisent le yiddish. Les enfants sont formés dans des écoles religieuses où ils étudient les textes sacrés, mais pas de matières profanes, surtout les garçons qui ne sont pas destinés à travailler. À l'heure actuelle, dans ces communautés, seuls 40 % des hommes travaillent. Ils n'ont donc ni les compétences ni...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 19 oct 2015 à 07:50

    Le premier paragraphe s'applique aussi bien aux intégristes juifs qu'aux intégristes musulmans.

  • M8252219 le lundi 19 oct 2015 à 07:48

    En revenant aux limites géographiques du partage de la Palestine prévue par des accords internationaux et en démantelant les colonies illégales. 1500 ans sans aucune autorité politique ou religieuse juif sur ce pays abandonné par les juifs en l'an 420.Ils n'ont aucun droit à expulser et à spolier les populations autochtones.