Israël approuve la construction de 560 logements à Jérusalem-Est

le
1
    par Maayan Lubell 
    JERUSALEM, 22 janvier (Reuters) - Deux jours après 
l'investiture de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, 
Israël a approuvé dimanche les permis de construire de plus de 
560 logements dans trois implantations juives de Jérusalem-Est.  
    Benjamin Netanyahu, qui s'entretiendra dans la journée au 
téléphone avec Donald Trump, s'attend à ce que le nouveau 
président américain soit beaucoup plus conciliant que son 
prédécesseur Barack Obama à l'égard de la politique de 
colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, capturés par 
Israël lors de la guerre israélo-arabe de 1967. 
    "De nombreux dossiers nous attendent, la question 
israélo-palestinienne, la situation en Syrie, la menace 
iranienne", a commenté le chef du gouvernement israélien avant 
le conseil des ministres.  
    La municipalité de Jérusalem a approuvé dans le même temps 
la construction de plus de 560 unités de logement dans les 
implantations urbaines de Pisgat Zeev, Ramat Shlomo et Ramot. 
    Ces quartiers ont été annexés à Jérusalem, une annexion non 
reconnue par la communauté internationale.  
    L'examen du projet, qui figurait à l'ordre du jour de la 
mairie le mois dernier, avait été repoussé à la demande de 
Netanyahu, soucieux de ne pas s'attirer de nouvelles critiques 
de Washington. 
    "On m'a dit d'attendre que Trump prenne ses fonctions parce 
qu'il n'a aucun problème avec les constructions à Jérusalem", a 
confirmé Meir Turgeman, président de la commission de 
planification et de construction de la municipalité, sur les 
ondes de la radio publique.  
    Les Palestiniens "condamnent fermement" la décision 
israélienne, a déclaré Nabil Abou Rdainah, porte-parole du 
président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.  
    Dans les dernières semaines de son mandat, Barack Obama a 
provoqué la colère du gouvernement israélien en n'opposant pas 
son veto à une résolution du Conseil de sécurité des Nations 
unies réclamant l'arrêt de la colonisation israélienne des 
territoires palestiniens.  
    Désignée par Donald Trump pour devenir la nouvelle 
représentante permanente des Etats-Unis auprès de l'Onu, Nikki 
Haley a dénoncé, comme l'homme d'affaires, l'attitude des 
Nations unies vis-à-vis d'Israël lors de son audience de 
confirmation la semaine dernière.  
    Donald Trump a également promis de transférer l'ambassade 
des Etats-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem, une initiative 
qui nuirait à la paix selon Mahmoud Abbas.  
    Un transfert de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem 
marquerait, s'il est mené à bien, une rupture dans la diplomatie 
proche-orientale américaine, les administrations successives 
ayant estimé qu'il importait de mener des négociations sur le 
statut de Jérusalem, qu'Israël et les Palestiniens revendiquent 
comme capitale. 
 
 (Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • housssss il y a 10 mois

    Comme quoi il y a une relance de l'immobilier en Israël. Cela s'appelle de la croissance . D'ailleurs je ne comprends pas pourquoi à Gaza le ciment et les matériaux qui leur sont livrés servent à la construction de tunnels au lieu d'hôpitaux, d'écoles, d'autoroutes. Quand à l'argent que tout le monde leur envoie c'est dommage que cela ne profite qu'aux leaders terroristes qui les "dirigent"