Israël: "47% des victimes palestiniennes sont des combattants"

le
2

JERUSALEM, 2 août (Reuters) - Les autorités israéliennes ont affirmé samedi disposer de preuves selon lesquelles près de la moitié des victimes palestiniennes de l'offensive en cours contre la bande de Gaza étaient des combattants. "Nous disposons d'une étude menée par l'armée, de manière très professionnelle et fiable, dont la conclusion est qu'au moins 47% des victimes étaient des terroristes", a déclaré à la télévision le vice-ministre des Affaires étrangères, Tzachi Hanegbi. Cette étude, a-t-il ajouté, est corroborée par les photographies et les noms des victimes. Au 27e jour de l'opération "Bordure protectrice" visant à mettre fin aux tirs de roquettes palestiniennes et à démanteler le réseau de tunnels creusés sous la bande de Gaza, les services de secours du territoire palestinien font état d'au moins 1.669 Palestiniens tués. Des organisations gazaouies de défense des droits de l'homme avancent que 80% au moins des victimes étaient des civils et parlent de plusieurs centaines d'enfants tués depuis le 8 juillet. Au moins 245 enfants ont trouvé la mort depuis le début du conflit, a déclaré mercredi dernier le directeur de l'Unicef, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, Anthony Lake, tandis que le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, qui a ouvert une enquête sur d'éventuels crimes de guerre, a accusé Israël de mener des "attaques disproportionnées et indiscriminées". Les Forces de défense israéliennes, qui ont perdu 63 soldats dans les combats, auxquels s'ajoutent trois civils, affirment tout entreprendre pour minimiser les victimes civiles et en attribuent la responsabilité première aux combattants palestiniens du Hamas qui, accuse Tsahal, se mêlent aux populations civiles de l'enclave palestinienne. (Dan Williams; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le samedi 2 aout 2014 à 19:17

    Ils sont embrigadés dans leurs croyance d'une époque révolue.

  • housssss le samedi 2 aout 2014 à 18:50

    Il est clair que des civils n'avaient rien à faire à cet endroit. Soit ils sont demeurés soit ils ont été forcés. Au choix.