ISR : la source des transformations de fonds traditionnels s'est tarie en 2013

le
0

(NEWSManagers.com) -

En 2013, dans un marché en baisse de 2,2% selon Europerformance (*), la part de l'investissement socialement responsable a atteint 8,7%, enregistrant une progression de 4,2% de ses encours estimés à 65,6 milliards d'euros contre 62,9 milliards fin 2012 (**). Une bonne nouvelle donc même si l'on reste loin de la progression constatée entre 2011 et 2012 (+15,8 %) et surtout de celle relevée entre 2010 et 2011 (+98 %). Dans le détail, on notera que, l'an dernier, plus de 10 % de l'encours des fonds de droit français estampillés ISR (6,5 milliards d'euros) ont été concernés par un mouvement de transfert à partir des encours de la gestion traditionnelle. C'est plus qu'en 2012 mais beaucoup moins que la moyenne annuelle de 19 milliards d'euros entre 2009 et fin 2011.

Concernant les souscriptions, le label ISR a connu une évolution similaire à celle de la gestion " classique" . Autrement dit, les actifs de court terme ISR ont connu d'importants rachats. Ces derniers s'élèvent à 7,2 milliards d'euros. Autre catégorie en décollecte : les fonds de performance absolue (-11 millions). A l'inverse, les classes d'actifs risqués ont attiré des flux acheteurs mais dans des proportions nettement inférieures (+425 millions d'euros) ventilés entre fonds actions ISR (+109 millions d'euros), fonds d'obligations convertibles ISR (+130 millions d'euros) et fonds d'obligations (+77 millions d'euros).

De ce mouvement, il ressort que la part des fonds de trésorerie dans la gestion ISR recule sensiblement. Avec un encours tombé à 40,9 milliards d'euros, ils représentent 62% de la gestion ISR contre 70% un an plus tôt. Une partie de ce recul est captée par les fonds actions qui outre la collecte et l'effet marché ont profité de transformations de fonds (pour 1,7 milliards). De 20 % fin 2012, leur part bondit à 26 %. Enfin, dernière classe d'actifs considérée : les fonds obligataires voient leur encours augmenter de 300 millions en un an. Il représentent ainsi 8 % des actifs ISR.

En 2013, une vingtaine de fonds ISR ont vu le jour. Quant au nombre de sociétés de gestion pratiquant de la gestion ISR, il est stable : de l'ordre d'une soixantaine d'établissements. Les filiales de gestion des grands réseaux bancaires et des sociétés d'assurance drainent un peu moins de 90% des encours ISR de gestion collective. Le fait qu'elles disposent des moyens nécessaires pour mener une recherche extra-financière explique en grande partie cette main-mise. A ce jeu, Amundi est la société de gestion dont les actifs gérés ISR sont les plus élevés (30,76 milliards) devant BNP Paribas (6,87 millards), Natixis AM (3,95 milliards) ou Allianz GI France (3,87 milliards). En termes de collecte et décollecte, l'ordre est inversé. Compte tenu notamment des sorties dans le monétaire, Amundi a subi des rachats nets de 4,216 milliards, devant BNP Paribas (-1,398 milliards) et Macif Gestion (-1,01 milliards). Côté collecte nette Allianz GI figure en tête en captant 931 millions d'euros en 2013 devant CPR AM (494 millions) et Aviva Investors (215 millions).

(*) Bilan 2013 de la gestion collective

(**) Le marché français de l'ISR rassemblait un encours de 149 milliards d'euros en fin d'année 2012, selon les données de Novethic. La part de la gestion collective ISR, c'est-à-dire les fonds ouverts aux investisseurs institutionnels et particuliers à l'exception de l'épargne salariale est estimé par EuroPerformance à 62,9 milliards d'euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant