Isolé au G20, Barack Obama riposte

le
0
Alors qu'il assiste ce week-end au sommet Asie-Pacifique , le président américain a réaffirmé sa volonté de soutenir la croissance mondiale. Le Fonds monétaire international juge que les Etats-Unis «sont allés trop vite».

Le G20 de Séoul (Corée du Sud) a accouché d'une souris. Mais faut-il s'en étonner ? Ce sommet a confirmé que la coopération internationale que tous les acteurs économiques, politiques et financiers avaient appelé de leur voeux au moment de la crise financière de 2008 s'effiloche. Et après la Chine, à qui les pays développés reprochaient de laisser sa monnaie à des niveaux bas, ce sont désormais les États-Unis qui sont la cible de toutes les critiques.

 

Sommet Asie-Pacifique sous haute tension

 

Alors qu'il doit se rendre à Yokohama pour assister au sommet Asie-Pacifique (Apec), sur fond de rivalité entre la Chine et les États-Unis, le président américain, Barack Obama, s'est empressé de défendre sa politique économique. Objectif : relancer la croissance mondiale.

«En tant que première économie de la planète et moteur pour la croissance mondiale, c'est particulièrement important», a-t-il affirmé. Et d'ajouter : «Voilà pourquoi nous avons adopté un

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant