Isolation : ce nouveau décret pourrait nuire à notre patrimoine

le
3

À compter du 1er janvier 2017, des travaux d’isolation par l’extérieur seront obligatoires pour toutes les anciennes bâtisses françaises qui feraient l’objet d’un ravalement.

Désormais, tous les bâtiments qui feront l’objet de travaux de ravalement importants devront simultanément être soumis à des travaux d’isolation thermique par l’extérieur. Voici ce que prévoit un décret publié le 31 mai dernier au Journal Officiel, dans le cadre de la Loi sur la Transition énergétique . L’objectif d’une telle mesure? Améliorer significativement la performance énergétique des bâtiments existants, pallier le constat des 20 millions de logements mal isolés en France et enfin, réduire la facture d’énergie. Pourtant comme le relève dans son journal du jour Le Canard enchaîné, cette réglementation pose la question évidente de la conservation architecturale de nos constructions. Voici ce que prévoit exactement le texte.

Travaux d’isolation obliges pour tous les ravelements

À partir du 1er janvier 2017, lorsque des travaux importants seront réalisés sur un bâtiment, des travaux d’isolation thermique devront être engagés simultanément. Les concernés par cette obligation de rénovation énergétique seront les suivants: tous les bâtiments à usage d’habitation, de bureau, de commerce et d’enseignement ainsi que les hôtels. Concrètement donc, dès lors qu’un maître d’ouvrage, un architecte, un artisan ou même un particulier engagera des travaux de ravalement sur une surface équivalente à au moins 50% des murs extérieurs d’une construction, il devra prévoir la «réfaction de l’enduit existant, le remplacement d’un parement existant ou la mise en place d’un nouveau parement». Autrement dit, recouvrir coûte que coûte les façades existantes d’une seconde couche pour améliorer leur isolation thermique. D’ailleurs, l’obligation s’applique également en cas de réfection de la toiture ou du plancher haut du dernier niveau occupé ou chauffé.

De manière indirecte, cette nouvelle réglementation interdit le recours à toute autre technique d’isolation, comme celle plus pratiquée «par l’intérieur» souvent moins chère et respectueuse de l’esthétique extérieur du bâtiment. Est-ce donc à dire adieu à toutes nos belles façades historiques et qui font le charme de nos vieilles pierres? Pas tout à fait.

Quelques dérogations argumentées possibles

Conscient que l’engagement systématique de tels travaux pourrait donner lieu à des aberrations architecturales, le décret prévoit tout de même quelques dérogations. S’il existe des «risques de pathologie», c’est-à-dire de dégradation du bâti, des conflits avec les réglementations d’urbanisme déjà existantes, ou encore en cas de «disproportion manifeste entre les avantages de l’isolation et ses inconvénients de nature technique, économique ou architecturale», une dérogation à ce décret sera possible. En effet, un impact négatif incontestable sur la qualité architecturale des bâtiments pourrait bien empêcher le lancement de ces travaux, de même qu’une disproportion dans les coûts de l’isolation et dont le retour sur investissement serait supérieur à 10 ans. Alors, si et seulement si une telle situation pourra être justifiée, la demande d’exonération pourra être faite par le moyen d’une lettre argumentée et rédigée fournie par le maître d’ouvrage.

En attendant l’entrée en vigueur de la mesure, Le Figaro Immobilier vous propose tout de même de redécouvrir ces plus belles façades d’immeubles parisiennes ou encore ces clichés qui dévoilent les villes européennes en couleurs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 il y a 4 mois

    Il semble qu'il y ait suffisamment de cas de dérogation pour protéger toutes les belles façades anciennes. Pour les très nombreuses constructions d'après guerre (1950-80) ça ne leur fera pas de mal d'être isolées.

  • frk987 il y a 4 mois

    Isolez Versailles, qu'on rigole, ce sera un beau cube de polystyrène !!!!

  • glitzy il y a 4 mois

    La route vers l'enfer (administratif) est vraiment pavée de bonnes intentions. Forcer l'isolation par l'extérieur d'une vieille maison, qu'elle soit en pierre de pays, en briques ou à pans de bois, semble vraiment absurde. Les politiques et fonctionnaires français devraient apprendre à laisser les gens faire leurs choix au lieu d'imposer 200 nouvelles règles par an.