Islande : les environs du volcan Bardarbunga évacués

le
0
Islande : les environs du volcan Bardarbunga évacués
Islande : les environs du volcan Bardarbunga évacués

L'Islande a décrété ce mardi l'évacuation des environs d'un de ses plus grands volcans, le Bardarbunga, qui était en activité mardi pour le quatrième jour d'affilée, dans la crainte d'une éventuelle éruption. Le Bardarbunga est un immense volcan situé sous le plus grand glacier du pays, le Vatnajökull, dans le sud du pays.

Les scientifiques le considèrent comme suffisamment dangereux, s'il entre en éruption, pour perturber le trafic aérien dans le nord de l'Europe et en Atlantique-Nord avec ses projections de cendres et provoquer des dégâts importants notamment des inondations avec la fonte des glaces.

La Protection civile islandaise a indiqué dans la soirée que la police des ports d'Husavik et Seydisfjördur avait «décidé de fermer et évacuer la région au nord du Vatnajökull à la suite de l'activité sismique sur le Bardarbunga». La superficie de la région évacuée et le nombre d'habitants concernés n'ont pas été précisés, mais cet endroit sauvage est très faiblement peuplé. Les services de secours de l'île ont par ailleurs été placés en «phase d'alerte».

L'institut météorologique islandais avait relevé la veille à «orange» le niveau d'alerte pour l'aviation, ce qui signifie «agitation élevée ou en hausse avec potentiel accru d'éruption». Au-delà, ne reste que le niveau «rouge», enclenché quand commence une éruption.

La décision d'évacuer «est une mesure de sûreté»

Mardi matin, l'institut météorologique, chargé de surveiller l'activité volcanique, avait recensé quelque 2.600 séismes en quatre jours dus à l'activité du volcan, et d'une magnitude allant jusqu'à 4,5. Bryndis Brandsdottir, géophysicienne de l'Université d'Islande, a indiqué mardi à la télévision publique Ruv que selon les dernières indications, le magma ne semblait pas s'être rapproché de la surface, restant «de trois à sept kilomètres en dessous».

L'évolution du Bardarbunga dans les jours ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant