«Islamo-fascisme» : après l'«apartheid», la nouvelle formule choc de Valls

le
4
«Islamo-fascisme» : après l'«apartheid», la nouvelle formule choc de Valls
«Islamo-fascisme» : après l'«apartheid», la nouvelle formule choc de Valls

Manuel Valls a décidément le sens de la formule. Après avoir parlé d'«apartheid» pour évoquer la situation dans certaines banlieues, le Premier ministre a employé ce lundi au micro de RTL le néologisme «islamo-fascisme» après la double fusillade de Copenhague survenue un mois après les attentats de Paris, et la profanation de tombes dans un cimetière juif en Alsace ce week-end. 

«Pour combattre l'islamo-fascisme, puisque c'est ainsi qu'il faut le nommer, l'unité doit être notre force» a-t-il martelé. Sans expliciter sa formule, le Premier ministre sous-entend par là qu'il existe une volonté d'instaurer un régime totalitaire en utilisant l'islam comme idéologie politique. Le terme «fascisme» accolé à «islam» n'est pas anodin tant il fait référence, dans les esprits, d'abord au régime de Mussolini en Italie puis à celui d'Hitler en Allemagne au XXe siècle. 

En tout cas, la formule ne laisse pas indifférent. «Le terme odieux d'islamo-fascisme, attise le climat délétère contre lequel il faut justement lutter avec force» juge le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), une association de militants musulmans. A l'inverse, la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), par la voix de son président Alain Jakubowicz, estime sur Europe 1 que «l'islamo-fascisme représente quelque chose dans notre société. C'est un fléau, un cancer.»

Manuel Valls veut choquer les consciences

«Avec cette expression, le Premier ministre a cherché à ouvrir un débat, comme avec l'expression apartheid. Il incite une partie de son camp, qui sans doute n'a pas vu le problème à un moment donné, à faire son examen de conscience» explique à l'AFP Jean-Yves Camus, spécialiste des nationalismes et extrémismes en Europe.

Ce n'est pas la première fois que le Premier ministre emploi ce terme. En 2013, quand il était alors ministre de l'Intérieur, il avait évoqué la montée d'un «fascisme islamique» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • am013 le lundi 16 fév 2015 à 19:18

    Comme quoi il ne faut pas se tromper de combat...le FN l'a bien compris depuis longtemps et c'est le seul.A bon entendeur salut

  • ch.orru le lundi 16 fév 2015 à 19:13

    N'en déplaise aux associations anti-tout, Valls a compris la situation.

  • 2445joye le lundi 16 fév 2015 à 19:11

    Le fascisme est une idéologie basée sur la référence à la nation, et, fondamentalement, athée, L'islamisme est basé sur un dogme religieux, et, fondamentalement, transnational. Ca n'a vraiment pas grand chose à voir.

  • LeRaleur le lundi 16 fév 2015 à 19:01

    Rien de nouveau pour la vérité-sphère.