Islamabad paie le prix de son double jeu 

le
0
Le Pakistan craint à la fois les représailles des talibans et le courroux de Washington.

Humiliation, frustration, incrédulité. Le Pakistan s'est réveillé mardi en proie à un profond malaise. Plus que la disparition d'Oussama Ben Laden, qui ne traumatise pas grand monde, c'est la manière dont il a été éliminé qui dérange. L'opération préparée et menée dans le plus grand secret par les États-Unis et par eux seuls, au cœur même du pays, a relancé le vieux débat sur la souveraineté du Pakistan.

Non seulement les gens ont plus que jamais le sentiment que leur pays est vendu aux Américains, mais ils jugent qu'une fois encore le Pakistan va payer le prix de ce raid qui sert avant tout les intérêts de Washington. Les talibans pakistanais ont déjà averti qu'ils vengeraient la mort du chef d'al-Qaida par des attentats sanglants. Redoutant des représailles, les États-Unis ont fermé sine die au public leurs représentations diplomatiques à Islamabad, Karachi, Lahore et Peshawar.

Les Pakistanais, eux, s'efforcent de vivre «normalement» après cet «évén

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant