Islam radical : «Le salafiste est paranoïaque»

le
0
Islam radical : «Le salafiste est paranoïaque»
Islam radical : «Le salafiste est paranoïaque»

Son regard n'est pas neutre, mais il défriche un terrain jusque-là inexploré. Asma Guénifi, psychologue clinicienne à l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT), s'est intéressée au profil psychologique des salafistes, ces radicaux musulmans influents dans certaines cités de l'Hexagone et qui nourrissent les rangs des jihadistes en Syrie. Cette Franco-Algérienne de 38 ans, qui a perdu son frère en 1994, assassiné en Algérie par des islamistes, est également la présidente du mouvement Ni putes ni soumises (NPNS). Pour réaliser l'enquête qu'elle nous dévoile, elle s'est entretenue avec trois salafistes français repentis et a décrypté tout ce qui a été écrit sur les acteurs de cette mouvance intégriste.

Qu'est-ce que les salafistes ont en commun ?

ASMA GUÉNIFI. Ils partagent une vision sectaire. Les salafistes idéologiques se sentent purs, ils sont convaincus que c'est l'autre qui n'est pas bon, l'autre qui devient une menace, un impie, un apostat, un ennemi à abattre. Nous avons là tous les éléments constitutifs de la psychose paranoïaque. Le salafiste considère que les autres veulent lui faire du mal, alors il doit se protéger. Il va alors s'enfermer dans la religion, dans la prière. Il est paranoïaque, mais il n'est pas fou, pas schizophrène. Il ne perd pas la raison, il s'approche toujours de la réalité.

Comment l'enfance a-t-elle été vécue ?

Chaque profil est différent. Mais on remarque qu'il y a souvent eu ce qu'on peut appeler un dysfonctionnement familial. C'est un divorce, des non-dits, des carences affectives... Aucun parent n'avait vraiment sa place, avec une absence du père. Une absence réelle a la suite d'un décès puis un deuil qui n'a pas été fait. Ou une absence psychologique, avec une autorité qui ne joue pas son rôle, incapable d'interdire, de mettre de barrières.

Quelles sont les conséquences de cette perte de repères selon vos mots ?

Cette protection, le jeune va la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant