Irréductible Europa

le
0
Irréductible Europa
Irréductible Europa

Zéro but, zéro victoire, mais trois qualifications françaises pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa. Une première depuis 2009, qui confirme le renouveau enclenché par l'Olympique lyonnais l'an passé. Les clubs français jouent enfin la C3 à fond, et ça fait du bien.

Le but d'Estupinan à un quart d'heure de la fin arrive comme une bénédiction. Car à domicile, l'Olympique de Marseille continue de galérer contre Salzbourg, alors que Konyaspor s'était mis à portée de tir sur la pelouse de Guimarães. Finalement, l'OM se fait peur, oublie de briller, mais arrache une deuxième place synonyme de passage en seizièmes de finale de la Ligue Europa. D'ici février, Rudi Garcia aura le temps de peaufiner. Comme Lucien Favre ou Bruno Génésio, respectivement défaits par Vitesse Arnhem et l'Atalanta de Bergame. Marseille, Nice et Lyon n'auront pas gagné un match de la soirée, pas marqué un but non plus, mais qu'importe. La Ligue 1 envoie donc trois clubs au printemps de la Ligue Europa, du jamais-vu depuis 2009. Une époque où la phase de poules de la C3 était bancale avec des groupes de cinq ne permettant pas les matchs aller-retour, où les clubs français ne faisaient guère plus que de la figuration. Même si, il y a maintenant neuf ans, la Ligue 1 avait placé quatre de ses membres dans les 32 derniers participants de la Ligue Europa : l'OM et le PSG quart-de-finalistes, l'AS Saint-Étienne en huitième de finale, et Bordeaux, tapé dès les seizièmes par Galatasaray.

Une demi-finale et un quart de finale en neuf ans


Près d'une décennie après, on ne va pas bouder notre plaisir de voir trois équipes française encore en course. Entre l'épopée de l'OL la saison passée et l'année dorée 2009, la France du foot a connu une rude traversée du désert dans la petite s½ur de la Champions : un seul quart de finale - Lyon, encore lui, en 2014 contre la Juventus -, une flopée de déconvenues en huitièmes contre Benfica, ou encore une déconfiture en 2012 avec aucun club français au-delà des poules... À chaque fois, la même sensation : souvent battus par des équipes, certes compétitives, mais à leur portée, les écuries hexagonales ne joueraient pas la compétition à fond, quand les Zénith, Shakhtar Donetsk, Benfica ou FC Porto se gavent et gonflent l'indice UEFA de leur pays. Au fond, si, depuis plusieurs saisons, le troisième représentant de Ligue 1 en C1 doit se frotter à deux tours de barrages en Ligue des champions,

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant