Irom Sharmila : une grève de la faim de 15 ans

le
0
Irom Sharmila, en grève de la fin depuis 15 ans contre l'impunité de l'armée indienne dans l'État du Manipur.
Irom Sharmila, en grève de la fin depuis 15 ans contre l'impunité de l'armée indienne dans l'État du Manipur.

Le 4 novembre 2000, Irom Sharmila cessait de s'alimenter. Trois jours plus tôt, des insurgés séparatistes avaient attaqué un régiment spécial de l'armée, dans l'État de Manipur, dans le nord-est de l'Inde. Le 2 novembre, les soldats répliquaient en ouvrant le feu sur dix civils qui attendaient à un arrêt d'autobus de Malom, un quartier d'Imphal, la capitale du Manipur. Le lendemain, les photos des dix cadavres étaient publiées dans la presse locale. « J'ai été choquée par ces photos, commentera Irom Sharmila. Je me rendais à un rassemblement en faveur de la paix, et j'ai compris que nous resterions impuissants face aux violations des forces de l'ordre. J'ai alors décidé d'arrêter de manger. »

C'était il y a quinze ans. Depuis, « la dame de fer de Manipur » n'a jamais rompu son jeûne, allant jusqu'à se laver la bouche avec un coton sec pour éviter le contact de l'eau. Selon l'article 309 du Code pénal indien, sa grève de la faim l'inculpe de tentative de suicide, une infraction qui la condamne à la détention. Elle est donc sous surveillance policière dans une chambre de l'hôpital Jawarharlal Nehru d'Imphal, où elle est nourrie de force trois fois par jour par sonde nasale. Relâchée à l'occasion par les tribunaux, Irom Sharmila reprend alors son jeûne avant d'être à nouveau arrêtée pour tentative de suicide. La rencontrer relève d'un parcours du combattant puisqu'il faut désormais demander une permission au...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant