Iran-Zarif défend l'accord sur le programme nucléaire

le
0

DUBAI, 21 juillet (Reuters) - Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a défendu mardi devant le Parlement iranien l'accord sur le programme nucléaire conclu la semaine dernière avec les grandes puissances, expliquant que sa délégation avait fait "de son mieux" pour défendre les intérêts de la République islamique. "Nous n'affirmons pas que l'accord est tout à fait en faveur de l'Iran. Dans toute négociation, on donne quelque chose et on obtient quelque chose. Nous avons fait preuve de flexibilité", a déclaré Mohammad Javad Zarif devant le Majlis, le parlement iranien majoritairement conservateur. "Je vous le dis comme je l'ai dit au Guide suprême, nous avons fait de notre mieux pour rester le plus possible à l'intérieur des la plupart des lignes rouges, si ce n'est toutes", a-t-il ajouté, faisant référence à l'ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot pour tout ce qui relève des plus hautes affaires de l'Etat. Selon les termes de l'accord conclu la semaine dernière à Vienne, le programme nucléaire iranien sera strictement encadré pour une longue période. En contrepartie, l'Union européenne et les Etats-Unis ont accepté une levée progressive des sanctions économiques qui visent Téhéran. Cet accord doit encore être approuvé par le Conseil iranien de sécurité nationale et en dernier lieu par le guide suprême. Le corps des Gardiens de la révolution et les tenants de la ligne à plus dure à l'encontre de l'Occident ont de leur côté déjà commencé à attaquer l'accord et la résolution des Nations unies qui l'a approuvé. Ils refusent notamment le maintien de restrictions sur les importations et le développement par l'Iran de missiles balistiques et d'armes étrangères. Le guide suprême ne s'est pas prononcé contre l'accord, mais il a prévenu samedi qu'il ne laisserait personne en abuser ni menacer la sécurité de l'Iran et ses capacités défensives. Il a également prévenu que l'Iran ne dévierait pas de sa politique d'hostilité à l'égard de l'Occident. Mohammad Javad Zarif a dit devant les parlementaires que si la résolution des Nations unies proscrit le développement de missiles susceptibles d'être équipés d'ogives nucléaires, elle n'affecte pas le programme iranien de défense puisque, selon lui, Téhéran n'a pas de programme de missile nucléaire. (Bozorgmehr Sharafedin,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant