Iran : Princes of Persia

le
0
Iran : Princes of Persia
Iran : Princes of Persia

La nation d'Asie la mieux classée du moment ? L'Iran. Celle qui a le mieux représenté le continent au dernier Mondial ? L'Iran, encore. La plus passionnée de foot ? L'Iran, toujours. La patrie d'Ali Daei aimerait follement remporter la Coupe d'Asie des nations, ce qui serait une première pour elle depuis près de 40 ans.

On avait quitté l'Iran à la fin de la phase de poules lors de la dernière Coupe du monde. La " Team Melli " – son surnom – avait certes été éliminée en terminant à la dernière place du groupe F (derrière l'Argentine, le Nigéria et la Bosnie-Herzégovine) mais elle avait laissé une sacrée belle impression. Son premier match s'était soldé par un bon nul 0-0 contre le Nigéria, et surtout le second face à l'Argentine avait permis à la nation perse de tenir tête au futur finaliste, ne cédant que sur un but de Messi dans les arrêts de jeu. Et tant pis si le troisième et dernier match face à la Bosnie avait été plus mal maitrisé (défaite 1-3), le bilan comptable comptait moins que ce sentiment pour les observateurs d'avoir eu sous les yeux une vraie belle équipe de football, courageuse, remarquablement organisée, onze individualités formidables d'abnégation, au service seul et unique du collectif. Alors certes, dans le jeu produit, ce ne fut pas toujours très beau car très orienté vers la discipline défensive en prenant le minimum de risques offensifs, mais dans l'état d'esprit il n'y avait rien à dire. Et attention, équipe défensive ne veut pas dire là qu'on avait affaire à des joueurs voulant pourrir le jeu adverse par tous les moyens. Avec l'Iran, pas de gain de temps gratté, peu de mauvais coups, ça joue la défense mais avec fair-play, entre gentlemen.
Carlos Queiroz a reporté son départ
Un peu plus de sept mois plus tard, revoilà l'Iran sur un terrain plus à sa portée : l'Asie. Avec toujours ce même état d'esprit mais cette fois la capacité d'obtenir en bonus les résultats sportifs. Le premier match a d'ailleurs été remporté avec une grande maitrise face à Bahreïn (2-0). Le groupe de 23 est quasiment inchangé depuis le Brésil, de même que le 11 de départ. Le sélectionneur aussi est le même, bien que Carlos Queiroz avait juré qu'il stoppait sa mission à l'issue de la Coupe du monde. Fatigué du manque de moyens à sa disposition (il s'en est encore plaint récemment), du peu d'occasions de pouvoir disposer de son groupe d'internationaux, de la surveillance oppressante des autorités, le technicien portugais en place depuis 2011 a finalement prolongé, avec l'objectif annoncé de ramener au moins une médaille du tournoi organisé ces jours-ci en Australie. Du plus beau métal si possible, ce qui n'a pas été réalisé par l'Iran depuis près de quarante ans. Ça reste pourtant encore aujourd'hui l'un des plus beaux...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant