Iran : près de 40 morts dans le crash d'un avion à Téhéran

le
0
Iran : près de 40 morts dans le crash d'un avion à Téhéran
Iran : près de 40 morts dans le crash d'un avion à Téhéran

Trente-neuf personnes ont été tuées dimanche dans le crash d'un avion peu après son décollage de l'aéroport de Mehrabad, dans le sud de Téhéran, venant rallonger la liste des catastrophes aériennes survenues ces derniers mois à travers le monde.

L'Antonov 140, appartenant à une compagnie iranienne, effectuait une liaison intérieure entre Téhéran et la ville de Tabass (est). Il s'est écrasé à 09h18 locales (06h48 en France) dans le quartier résidentiel d'Azadi, un secteur réservé aux militaires et leurs familles situé à moins de cinq kilomètres de l'aéroport. «Il y avait 40 passagers et 8 membres d'équipage à bord de l'avion de la compagnie Sepahan», a déclaré le vice-ministre des Transports Ahmad Majidi. Selon le dernier bilan officiel, 39 personnes ont été tuées et neuf autres blessées dans l'accident.

Après le crash, le président iranien Hassan Rohani a ordonné l'arrêt de tous les vols d'Antonov 140 construits en Iran. «Le président a demandé au ministre des Transports un rapport complet et en attendant a ordonné l'arrêt de tous les vols de ce type d'avion et le respect des règles de sécurité dans tous les vols», a rapporté l'agence Irna.

Pas de victime au sol

En 2009, le premier modèle de l'avion Antonov 140 s'était écrasé à Ispahan alors qu'il effectuait un vol d'essai. Mais depuis, l'Antonov 140 est utilisé pour de nombreuses liaisons intérieures. Selon la télévision d'Etat, l'Iran possède neuf Antonov 140 dont celui qui vient de s'écraser à Téhéran. «L'avion s'est écrasé sur des arbres, il n'y pas de victimes au sol», a déclaré Alireza Jahanguirian, chef de l'Organisation de l'aviation civile, cité par l'agence Fars. Le pilote a évité de justesse les immeubles et un marché bondé, avant de s'écraser et percuter le mur en béton d'une caserne de l'armée de l'air. «C'était une scène terrible. La queue de l'avion est tombée sur une route», a raconté un témoin cité par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant