Iran : pourquoi Nétanyahou retient encore son glaive

le
0
La marge de man?uvre du premier ministre israélien est réduite.

Doit-on s'attendre à des frappes israéliennes contre les sites nucléaires iraniens avant la présidentielle américaine du 6 novembre prochain? Cette perspective est mise en doute par un officiel israélien. «On parle trop, cela a entamé notre capacité de dissuasion vis-à-vis de l'Iran», souligne cette source. Benyamin Nétanyahou se serait donc résolu à différer une attaque préventive, pour des raisons politiques autant que militaires. «Pour Nétanyahou, la tentation de passer à l'action est forte mais il sait aussi que le prix à payer peut être très élevé», relève notre interlocuteur. La «tentation» du premier ministre, qui sera lui aussi confronté à des élections générales l'an prochain, rencontre un front d'oppositions diverses - des États-Unis, d'une partie de son cabinet, de nombreux responsables de la sécurité mais aussi d'une majorité d'Israéliens (50 à 63 %, selon les sondages). «Cette attaque se doit d'être un succès total, un zéro faut

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant